On parle beaucoup de Jacques Tati en ce moment et c’est tant mieux (sauf s’il s’agit de lui casser sa pipe comme l’a fait la ridicule régie pub de la RATP…). On parle moins de l’un de ses collaborateurs et héritiers directs, Pierre Etaix. Ce dernier a commencé sa carrière dans le cinéma en étant embauché précisément par Tati comme gagman et graphiste au moment de « Mon Oncle » en 1958. Cinq ans plus tard, Etaix signe son premier long métrage, « Le Soupirant », un véritable ovni burlesque à l’état pur dans la galaxie cinématographique française, exception faite de l’univers de Tati dont Etaix est à n’en pas douter très proche tout en cultivant une véritable originalité.S’ensuivront « Yoyo », moins burlesque mais d’un humour plus tendre et porté par l’amour du cirque, « Tant qu’on a la santé » qui marque l’alliance du burlesque et de la satire sociale, les deux films suivants (« Le Grand amour » et « Le Pays de Cocagne » s’inscrivant dans cette même veine). Mais, si vous avez envie de voir ou de revoir ces films et de découvrir le monde très particulier de Pierre Etaix, il vous faut passer votre chemin.Pourquoi ? Parce que le cinéaste est victime d’un incroyable imbroglio juridique qui prive les auteurs (Jean-Claude Carrière et Pierre Etaix) de leurs droits et interdit toute diffusion même gratuite !) de leurs films. Cette situation scandaleuse perdure, alors que l’actuelle Ministre de la Culture s’était engagé à, je la cite, « tout mettre en œuvre pour que les films de Pierre Etaix puissent être à nouveau diffusés sur tous supports et soient accessibles au plus large public. » Si vous souhaitez en savoir un peu plus sur le fond du dossier, vous pouvez accéder au site dédié (voir ci-dessous) et, le cas échéant, signer, comme je l’ai fait, la pétition de soutien à Pierre Etaix.Comment qualifier ce blocage juridique qui revient à de la censure ? Parce qu’il est l’exact synonyme de sot, stupide, bête et idiot, l’adjectif « niaiseux », plus rare et fort expressif, me semble parfaitement convenir. Oui, assurément, un blocage niaiseux !La phrase du matin ?« - Je suis réveillé.- Mais tes yeux sont fermés.- Qui crois-tu ? »Extrait du dialogue de « Miller’s crossing » écrit et réalisé par Ethan et Joël Coen

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.