Hommage au réalisateur Massaër Dieng, décédé il y a peu et projection de son film "Bul Déconne" (déconne pas) qui en dit long sur cette chronique de la vie urbaine mettant en scène desjeunes angoissés par leur avenir et qui luttent pour survire dans une société où ils se sentent presque marginalisés.Il y a des rencontres qui vous changent le cours de la vie. Le film a été sélectionné dans de nombreux festivals dont le très couru «Vues d¹Afrique » de Montréal où, en 2006, elle a obtenu la Mention spéciale du Jury. Le film, sacré Ebène de la meilleure fiction à l¹édition 2005 du Festival du film de Quartier de Dakar, a également été sélectionné officiellement à la Muestra de Cine Africano de Tarifa (Espagne), à l'AfrikaFilm Festival de Bruxelles, au Festival Premiers Plans d¹Angers et au Festival International du Film d¹Amiens (2005). Récemment, en octobredernier, ³ Bul déconné ² (produit par l¹association Makiz¹Art fondé par Marc Picavez) était dans la compétition officielle vidéo des Journéescinématographiques de Carthage.

Entrée libre

Extrait d'un article de Mamoune faye, "Le Soleil"

" Nous avons voulu, Marc et moi, faire un film sur les jeunes, sur la ville,sur les banlieues ", poursuit Massaër Dieng. Avec leur caméra, les deuxjeunes réalisateurs ont prolongé le regard que jette un jeune citadin sur saville. C¹est l¹histoire de Sogui l¹étudiant révolté, Max le délinquant etSamba le vendeur ambulant. Trois personnages, trois destinées, mais ununivers commun fait d¹actes manqués, de rêves d¹ailleurs et d¹émotionsfortes. Loin du cliché "cinéma-calebasse", les réalisateurs proposentune véritable odyssée cinématographique au coeur d'une Afriquecontemporaine qui livre ses espoirs, ses angoisses, ses qualités, ses tareset se découvre sous son vrai visage, comme ils le disent si bien dans leurnote d¹intention. Et Massaër trouve le mot juste lorsqu¹il dit : ³ C¹est unfilm de révolte contre l¹ordre établi dans une Afrique où il faut épouserles idées du parti politique au pouvoir pour espérer avoir sa place dans lesystème et bénéficier de ses privilèges .Entre dénonciation des injustices et éloge des valeurs africaines, "Buldéconné" embrasse d¹autres thèmes comme la fuite des cerveaux, lacorruption ou le manque de perspectives des jeunes diplômés. Même si le jeude certains acteurs n¹est pas assez consistant (la plupart sont desdébutants), la trame du film nous oblige quand même à rester sur notre siègepour suivre l¹odyssée d¹une bande de copains et de copines dont le cours dela vie peut basculer à tout moment pour virer au tragique. La caméra nousentraîne dans un univers parfois glauque où la soif de pouvoir et de gloireest la porte ouverte à toutes les dérives. Loin de tomber dans lepessimisme, Massaër et Marc lancent aussi un message d¹espoir en directionde tous les desperados qui peuplent les villes africaines.La réalisation de ³ Bul déconné ² n¹a pas été facile. ³ Au début, nousvoulions faire un court-métrage, mais nous nous sommes très vite orientésvers un long-métrage. Il a été difficile de trouver des financements etnotre projet a été rejeté à tous les guichets où nous l¹avons présenté. Pourtrouver de l¹argent, nous avons même organisé des soirées dansantes, desquêtes et emprunté du matériel. L¹Université de Nantes nous a aidés àhauteur de dix mille euros soit environ un peu plus de six millions defrancs Cfa ², se rappelle Massaër Dieng. La ville de Nantes (liée à Rufisquepar un accord de jumelage) les a également épaulés pour le bouclage dubudget évalué à une cinquantaine de millions de francs Cfa. ³ Nous avonségalement été soutenus par le ministère de la Culture et la Ville deRufisque ², poursuit-il.Actuellement, Massaër Dieng prépare un autre long-métrage qui revisitera lesméandres de la société sénégalaise. Son titre : ³ Dakar, en attendant lapluie ². Le film va raconter la vie d¹un jeune garçon qui rêve de foot et desuccès. Ce sera en même temps le portrait d¹une famille sénégalaise un peuloufoque sur les bords. Nous vous l¹avions dit : ce jeune cinéastesénégalais a plein d¹idées. Il lui manque juste des moyens pour lesconcrétiserŠ

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.