Une redécouverte d'un film des années 1960, complètement néo-hitchcockien et réalisé par Leslie Stevens, lui aussi, presque oublié !

Propriété Privée
Propriété Privée © Version Restaurée © 2016 Cinelicious Pics. Tous droits réservés

Quand un premier film se tourne en dix jours

Leslie Stevens ? Mais si, vous connaissez ce réalisateur : la série Au-delà du Réel, Le Virginien, L’Homme Invisible, c’est lui ! Il travailla également au théâtre avec Orson  Welles lorsque celui-ci fonda sa compagnie, le Mercury Theatre - et la mise en scène de ce film par Leslie Stevens rappelle en bien des points celles du réalisateur de Citizen Kane - .

Warren Oats dans le rôle de Boots
Warren Oats dans le rôle de Boots © © 2016 Cinelicious Pics. Tous droits réservés

Pour son premier opus, Stevens a choisi l’acteur débutant Warren Oates, pour une remarquable interprétation dans le rôle de l’un des deux marginaux. Warren Oates qui deviendra l’acteur phare du nouveau cinéma américain, en particulier avec le réalisateur Sam Peckinpah.

Oates joue aux côtés de l’acteur Corey Allen, qui incarna le rival de James Dean dans La Fureur de Vivre de Nicholas Ray, en 1955.

Quand un premier film se tourne à la maison

Leslie Stevens était marié à la jeune actrice Kate Manx ; ils vivaient dans les hauteurs de Beverley Hills, et la maison d’à côté étant inoccupée, c’est donc tout naturellement que le scénario devint une évidence, et leur maison, le théâtre du tournage.

Kate Manx dans le rôle de Ann
Kate Manx dans le rôle de Ann © © 2016 Cinelicious Pics. Tous droits réservés

Kate incarna le rôle de l’héroïne de ce film noir, offrant un jeu particulièrement ambigu, entre candeur et perversité, à l’image de sa personnalité fragile, puisqu’elle se suicidera quelques années plus tard.

Quand un premier film fait scandale

L’atmosphère est sulfureuse et le huis-clos, étouffant, dans un noir & blanc rendu magnifiquement par Ted McCord, qui fut aussi le directeur de la photographie du film À l’Est d’Eden, d’Elia  Kazan. L’histoire est simple et terrible : dans une station-service de la Pacific Coast Highway, deux garçons paumés aperçoivent une jeune femme au volant d’une Corvette. Fascination immédiate, qui se prolonge lorsqu'ils la suivent, trouvent une maison vide à côté de celle de la jeune femme qui vit luxueusement avec un mari trop absent.

Propriété Privée n’offre pas qu’une violente critique de la consommation effrénée de la fin des années 1950, ce film remarquable explore les rapports humains avec le scalpel de la vérité, voyeurisme, obsession et violence. La fin, qui pourrait ressembler à une happy end, est en fait une chute brutale dans le néant de la moralité.

Le trop méconnu Propriété Privée (Private Property) est une perle du film noir à redécouvrir au cinéma, le 7 septembre 2016 en version restaurée 4K, par Cinelicious avec la collaboration du UCLA Film and Television Archive, une distribution Carlotta Films.

Affiche du film Propriété Privée
Affiche du film Propriété Privée © © 2016 Cinelicious Pics. Tous droits réservés