Après avoir remporté la Palme d’or au Festival de Cannes pour "Une affaire de famille", le japonais Kore-eda Hirozaku signe son premier film français dans lequel Fabienne (Catherine Deneuve), en pleine rédaction de ses mémoires, reçoit sa fille (Juliette Binoche) le temps d'un séjour qui s'avère prometteur.

Catherine Deneuve dans "La vérité"
Catherine Deneuve dans "La vérité" © L.Champoussin / 3B / Bunbuku / MiMovies / FR3 Cinema

Le film présenté par Jérôme Garcin 

Fabienne (Catherine Deneuve) est une star du cinéma qui lui ressemble beaucoup. À croire que dans cette vérité, elle ne joue pas, mais qu'elle se joue elle-même, une star donc qui publie ses Mémoires où elle ment dans chaque chapitre et reçoit dans sa maison parisienne, pour un séjour qu’elle espère bref, sa fille Lumir (Juliette Binoche), une scénariste qui a choisi de vivre à New York, le plus loin possible de cette mère qu’on surnomme « la sorcière ». 

Pour Eva Bettan, Kore-eda prouve qu'il est un grand cinéaste en signant un portrait formidable de Catherine Deneuve 

EB : "J'ai d'abord regardé ça bêtement avec un regard de mathématicien en me disant que Kore-eda, c'est un magnifique cinéaste, conjuguez-y en plus Juliette Binoche et Catherine Deneuve, ça doit être exponentiel ! 

Plus je réfléchis, plus je trouve que c'est un film enchanteur. Il ne faut pas raisonner en matheux, il ne faut pas attendre de Kore-eda qu'il fasse en France ce qu'il faisait ailleurs. 

Kore-eda a l'intelligence, comme les grands cinéastes quand ils vont ailleurs, de filmer autre chose, quelque chose qu'il ne peut pas filmer chez lui

Là, il se dit qu'il va filmer ce qu'il n'a jamais filmé de sa vie, une star. Il va prendre ce qui a dû nourrir son imaginaire, tout en prenant ce qu'est que le cinéma français, tout en faisant ce qu'il sait faire. 

Il fait à la fois un film d'étranger et un film de références au cinéma français

Il fait une chose qu'il n'a jamais fait : un portrait formidable de Catherine Deneuve. Elle est vraiment imprévisible. D'ailleurs c'est elle, et c'est aussi une elle de fiction. De plus, il fait cette fois la famille avec deux adultes : il a toujours filmé des parents avec des enfants de petit âge, c'est pourquoi je trouve ça extrêmement réjouissant parce qu'il faut le prendre comme un exercice. C'est un grand cinéaste". 

Catherine Deneuve, Juliette Binoche dans le film "La vérité"
Catherine Deneuve, Juliette Binoche dans le film "La vérité" / L.Champoussin / 3B / Bunbuku / MiMovies / FR3 Cinema

Pour Xavier Leherpeur, le film est brillant, mais pas exceptionnel 

XL : "Moi au contraire, je trouve que c'est un film de Kore-eda à plein de niveaux et de points de vue : à chaque fois qu'il a filmé des personnages de grand-mère (Still walking ou  Après la tempête), ça a libéré sa perfidie naturelle. Parce que c'est un cinéaste qui, derrière les apparences qu'il donne d'être un peu raisonné, sage, est un cinéaste de la perfidie, de la méchanceté. Et il se libère une fois encore. 

Rappelons-nous le personnage de la grand-mère dans "Après la tempête". Il y a de ça dans le personnage de Deneuve. Et en même temps, c'est un vrai film de Kore-eda qu'il a lui-même assuré jusqu'au montage du film. La manière dont les personnages rentrent et sortent dans les pièces, dans ce huis clos, essaient de s'éviter, c'est exactement son cinéma. C'est-à-dire que c'est exactement la manière dont la mise en scène se joue, sur la façon dont les personnages rentrent, sortent du cadre, se regardent. 

C'est du Kore-eda made in France avec deux comédiennes qu'il sacralise

Juliette Binoche est absolument formidable parce qu'elle dit 'merde' à sa mère, à la comédienne qu'est Catherine Deneuve, je trouve qu'il y a un travail qui est assez intéressant. Il y a aussi un garçon, Ethan Hawke, qui est castré à la fois par l'épouse et par la belle-mère. C'est là qu'on retrouve tout le cinéma de Kore-eda. 

C'est un film que je trouve brillant mais ce n'est pas une exception qui digresse par rapport à son œuvre, c'est une continuité même s'il renouvelle et revisite quelque peu son style". 

Charlotte Lipinska trouve que le film tombe un petit peu en rond et revêt un caractère trop gentil 

CL : "Catherine Deneuve est particulièrement bien filmée, elle est magnifique, resplendissante. C'est génial de la voir jouer cette actrice-là : jouer avec tout ce qu'on projette sur elle, de sa vie, de son humour qu'on connaît, de sa perfidie. 

Maintenant, je trouve le film trop gentil...

Ce n'est pas assez méchant pour que ce soit véritablement drôle. Et pas assez cruel dans les rapports mère/fille pour que ce soit vraiment émouvant...

Une fois tous ces personnages mis en place dans cette maison, je trouve qu'il ne se passe pas grand chose, ça tourne un petit peu en rond

Kore-eda est trop gentil, il a un cœur de Bisounours, ce qui fait qu'on frôle la mièvrerie. En effet, dès qu'il y a une petite pique cinglante, et bien tout de suite derrière, il rattrape cela par une caresse. Passé le plaisir de voir Juliette Binoche et Catherine Deneuve s'envoyer des piques à longueur de journée, je reste un petit peu frustrée. Ce n'est pas un si grand portrait".

Pierre Murat trouve le film très moyen car le réalisateur Kore-eda n'est pas dans son élément

PM : "Je trouve que c'est totalement un film de Kore-eda tel qu'on le connait mais un film qui reste tout de même très moyen

Kore-eda n'a pas ses repères, il n'a pas ses comédiens, il n'a pas son univers, il est totalement paumé

On peut trouver ça charmant, on peut trouver sa plein d'élégance, on peut trouver ça extrêmement mièvre. Kore-eda est très très bon quand il peint des adolescents et des femmes. Ces dernières, il les réussit à peu près, surtout Catherine Deneuve ; les mecs en général, chez lui, ils n'existent pas - le pauvre Ethan Hawke n'a rien à faire et c'est désolant... 

Ça se traîne beaucoup. C'est un tout petit film

Je crois que c'était simplement une mauvaise idée de faire venir un réalisateur japonais comme Kore-eda pour faire cette petite histoire sans grand intérêt".  

Le film

► Sortie en salles le 25 décembre 2019. 

🎧 Écoutez l'ensemble des critiques échangées à propos de ce film sur le plateau du Masque et la Plume :

8 min

"La Vérité", d'Hirozaku Kore-eda : les critiques du Masque et la Plume

Chaque dimanche à 20h, retrouvez les critiques du Masque et la Plume, réunis autour de Jérôme Garcin, pour parler cinéma, théâtre ou littérature.

Toutes les autres critiques de films du Masque et la Plume sont à retrouver ici. 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.