Agnes Varda reçoit la plus prestigieuse récompense du cinéma américain. A l'occasion de la cérémonie des Governors Awards lui a été remis un Oscar d’honneur pour saluer la richesse et la diversité de son oeuvre. Elle est la première réalisatrice à recevoir cette distinction.

Agnès Varda
Agnès Varda © Radio France / Vincent Josse

Pour la première fois Hollywood va donc récompenser une femme pour l'ensemble de son oeuvre cinématographique. Les Oscars sont distribués depuis 1929, soit presque un siècle. 

L'actrice Angelina Jolie a été chargée de remettre cet Oscar à Agnès Varda, dans une contexte scandaleux pour les milieux du cinéma américain. Une dizaine d'hommes puissants dans l'industrie du cinéma sont accusés à ce jour de harcèlement ou agressions sexuelles. La parole libérée après les révélations sur le comportant humiliant du producteur Harvey Weinstein envers les femmes plonge Hollywood dans le chaos. 

Agnès Varda, dans le journal Le Monde, elle déclare son dégoût pour ces pratiques qui ne concernent pas que le monde des paillettes : "Ce type-là me débecte. Je n’ai jamais voulu le rencontrer. Autour de lui, les gens savaient, on n’a jamais freiné. Pourquoi ? Car c’était le patron. Tout le temps, c’est une histoire de pouvoir. Dans les usines, on disait autrefois « le droit de cuissage ». Bien sûr, il y a aussi des filles qui se jetaient à sa tête, mais là où c’est terrible, c’est quand le big boss abuse des jeunes femmes. J’ai 89 ans, j’en ai vu et entendu."

La réalisatrice touche-à-tout entretient avec Hollywood une relation très intime depuis les années 60. Agnès Varda a longtemps vécu à Los Angeles avec son mari Jacques Demy. Elle y a tourné des films et y expose ses œuvres.  

Pour elle, la reconnaissance d'un cinéma non-commercial, d'une recherche sur les formes du cinéma est importante. 

Ses films ont été déjà été récompensés à de nombreuses reprises partout dans dans le monde.  Elle est la réalisatrice la plus connue et la plus respectée.  

Il était donc normal qu’ Hollywood lui déroule (enfin? ) le tapis rouge et salue son engagement.  Toute sa vie a été consacrée à la mise en lumière des petites gens, des marginaux et les révoltés. Son cinéma n'est pas celui des gros budgets. Son dernier film _Visages Village_s avec le street artiste JR est un succès planétaire mais il a été financé en partie par un crowdfunding et a bien failli ne jamais voir le jour.  Recompensé à Cannes du prix du documentaire, il est en lice pour les prochains Oscars.

Du cinéma à l'art contemporain

Agnès Varda a commencé sa carrière en 1949 aux côtés du metteur en scène Jean Vilar en tant que photographe officielle des comédiens du Théâtre National Populaire.  

Son premier film date de 1954, La Pointe courte  avec deux comédiens du TNP, Philippe Noiret et Silvia Monfort.

En 1961 Cléo de 5 à 7 la révèle plus largement au public. Elle part ensuite aux Etats-Unis, tourne des documentaires et des fictions, variant les genres. A la Mostra de Venise en 1985 elle est récompensée d'un Lion d'or pour Sans toit ni loi. 

En 1990, elle tourne un film hommage et son mari et cinéaste Jacques Demy, Jacquot de Nantes. Les Glaneurs et la Glaneuse lui assure un nouveau succès public en 2000. Elle passe ensuite à des créations plus artistiques, parfois à tendances surréalistes, comme l'oeuvre visuelle Les bouches du Rhône . Ainsi devient-elle une artiste contemporaine. En 2008 le long-métrage, Les Plages d'Agnès,  reçoit le César du meilleur film documentaire. Le Festival de Cannes lui décerne sa Palme d'honneur en 2015. 

REECOUTER ||

Les douces voix d'Agnès Varda et de JR ! 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.