Après "Portrait de la jeune fille en feu", Céline Sciamma signe un film court de 1h10 tel un conte fantastique où Nelly, une petite fille de huit ans se retrouve aux côtés de sa mère au même âge qu'elle, dans la maison familiale de sa grand-mère. Le masque est partagé entre "grâce" et "extrême banalité".

Image extraite du film "Petite maman" de Céline Sciamma avec Gabrielle Sanz et Joséphine Sanz
Image extraite du film "Petite maman" de Céline Sciamma avec Gabrielle Sanz et Joséphine Sanz © Pyramide Films

Le film présenté par Jérome Garcin

Un film bref, minimaliste de la réalisatrice de Portrait de la jeune fille en feu avec les petites Joséphine et Gabrielle Sanz, Nina Meurisse et Stéphane Varupenne. 

Après la mort de sa grand-mère, Nelly, 8 ans, part avec sa famille vider la maison d'enfance de sa mère, Marion, près de cette maison dans la forêt. Nelly rencontre une autre petite fille de son âge, prénommée également Marion qui construit une cabane au pied d'un arbre. Nelly l'appelle sa petite maman. 

Rencontrer ses parents, quand ils sont enfants, c'est presque un fantasme secret et j'espère que ça va devenir un fantasme collectif.

- Céline Sciamma

On est bien dans un conte fantastique, une fable onirique. Le film a été reçu au dernier Festival de Berlin de manière absolument enthousiaste. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Pierre Murat n'est "pas du tout rentré dedans" car d'une "banalité extrême"

"Je vais être un peu en contradiction avec mon journal, Télérama, très élogieux. Tous mes confrères ont aimé, quatre pages d'interview, un papier étonnant de mon confrère Frédéric Strauss. Je trouve d'ailleurs tout à fait admirable de trouver ce film admirable. 

Il n'est ni admirable ni détestable. D'ailleurs, il n'est pas grand chose, c'est presque rien.

Ça dure 1h12. Ça devrait être, selon moi, un moyen métrage de 25 minutes à peu près. Ça ne va pas au-delà… 

On rencontre sa mère, c'est très charmant, je ne dis pas que c'est mauvais, mais ça me semble tellement inconsistant que les éloges de mes camarades admirables de Télérama et d'autres, parce que j'ai lu vraiment que c'était un chef d'œuvre, ça m'étonne… Je suis sans doute passé totalement à côté, mais l'espace-temps où on rencontre les gens de sa famille, ça me paraît être d'une banalité extrême… La mise en scène de Céline Sciamma, qui avait fait un grand, grand film, avec Tom Boy et qui n'a rien fait de très bien depuis, me déçoit un peu…

Comme le Portrait de la jeune fille en feu, que j'avais déjà trouvé très froid, glacé, eh bin, là, de nouveau, je ne suis absolument pas rentré dedans…"

Sophie Avon l'a trouvé "absolument magnifique et d'une grâce inouïe" 

"J'aime beaucoup le film. C'est une idée absolument bouleversante, qui me touche. Cette petite fille qui rêve de sa mère, qui va à la rencontre de sa mère à travers son imaginaire, à travers ce sortilège de conte pour tout simplement essayer de la comprendre mieux. C'est cette fille qui va vers sa mère pour essayer de la sauver de sa tristesse. 

C'est absolument magnifique. C'est tout en grâce, en délicatesse.

C'est une idée loin d'être banale et ordinaire d'aller à la rencontre de ses parents enfant. 

Le film, par ailleurs, est plein de petites choses, de mises en scène, des vraies petites trouvailles. On n'est peut-être pas dans une fresque, mais le détail est d'une précision, d'une grâce absolument inouïe. C'est vraiment un très joli film".

Pour Michel Ciment, "le film reste une réussite"

"J'avais beaucoup aimé les premiers films de Céline Sciamma et j'étais réfractaire à La jeune fille en feu qui m'avait paru guindé, coincé dans le film d'époque, sans la vibration que le sujet demandait. Et ce film-là est beaucoup plus modeste, j'en ai été assez touché, car elle a compris qu'il ne fallait pas aller plus loin de 1h10 de film, quand bien même cela aurait encore plus emballé certains critiques. 

Ce que j'ai trouvé très beau, c'est cette idée d'une petite fille qui va à la rencontre de sa mère avec une enfant qui devient sa mère. J'ai aimé le côté sylvestre, j'ai aimé cette exploration de cette forêt, qui donne le côté conte du film". 

Sans dire que c'est un grand film ou un film très important, ce film est une réussite.

"Malgré quelques bonnes petites idées", Nicolas Schaller n'a pas été sensible à "la poésie du film"

"L'idée est absolument bouleversante, très forte et brillante. Mais quand on a écrit un court métrage, pourquoi en réaliser un long ? Il y a vraiment de quoi nourrir ici un court métrage de 25 minutes, et qu'à un moment, même si c'est par petites touches, il y a plein de petites idées qui sont vraiment fortes, comme la manière dont elle filme les jeux d'enfants qui est vraiment belle. Il y a des réminiscences de ce qu'elle a dû vivre, et on se retrouve enfant. 

Mais de là à parler de "souffle de poésie asiatique"… Il y a un côté très terre à terre, très naturaliste dans la manière de le faire. En plus, les deux petites sœurs ne sont pas très, très bonnes actrices, il faut le reconnaître. La petite mère oui, mais l'autre n'est pas bonne. Je trouve ça dommage. Tom Boy, c'est vraiment son meilleur film. 

Les deux premiers films de Céline Sciamma sont les plus beaux. Il y avait quelque chose de la jeunesse et une vraie fougue. Mais, là, je vois presque la vieille adulte qui regarde en arrière… Mais, au bout d'un moment, il faut qu'il y ait un peu de souffle

Je n'ai pas du tout été sensible à la poésie du film.

Et cette tendance à faire des longs métrages avec des autres courts métrages, porte un peu préjudice au film…"

Le film

🎧  Écoutez l'ensemble des critiques échangées à propos de ce film sur le plateau du Masque et la Plume :

7 min

"Petite maman" de Céline Sciamma

Par Jérôme Garcin

► Retrouvez les critiques du Masque et la Plume, réunis autour de Jérôme Garcin, pour parler cinéma, théâtre ou littérature.

Toutes les autres critiques de films du Masque et la Plume sont à retrouver ici