Après "Au Galop", Louis-Do de Lencquesaing signe son deuxième long-métrage en tant que réalisateur et acteur. Il y met en scène une variation personnelle de la famille, dans laquelle il incarne un spécialiste en la matière tout en étant confronté aux déboires de la sienne. Un scénario jugé très médiocre par Le Masque.

Louis-Do de Lencquesaing et Thierry Godard dans le film "La Sainte famille"
Louis-Do de Lencquesaing et Thierry Godard dans le film "La Sainte famille" © Pyramide Films

Le film présenté par Jérôme Garcin

C'est le second film, comme réalisateur, de l’acteur Louis-Do De Lencquesaing, avec Marthe Keller, Laura Smet, Léa Drucker et lui-même. Jean, un anthropologue de renom (Louis-Do De Lencquesaing) dont on ne comprend pas pourquoi il devient du jour au lendemain ministre de la Famille. La sienne, très bourgeoise, est  très compliquée à suivre, avec sa mère lointaine (Marthe Keller), qu’il vouvoie, sa femme (Léa Drucker), qui n’est jamais là, sa cousine (Laura Smet), avec laquelle il couche, son frère un peu truand (Thierry Godard), et une ribambelle d’enfants. Je vois le propos. Je ne comprends pas le scénario. Ça dure une heure trente.

Pierre Murat juge le film très peu réaliste 

PM : "C'est un film sur la famille - ily en a beaucoup mais ce n'est pas son charme. 

J'aime beaucoup le personnage de Marthe Keller, elle est formidable. Elle vouvoie ses enfants et elle décide de les tutoyer. Quand ils lui demandent s'ils peuvent la tutoyer à leur tour, elle répond "Non, sûrement pas, vous vous me vouvoyez"... 

Il y a plein d'idées comme ça qui font que ce n'est pas extrêmement clair ce qui se passe, mais à la limite, on s'en ficherait s'il y avait une force de mise en scène... Or, là, certes c'est assez gracieux, mais je ne vois pas exactement à quoi ça sert

Il y a des films où on se dit que, oui, ils formulent soit une dénonciation de la famille ou bien une ode à la famille... Alors que là, oui, il y a des secrets de famille, il y a des personnages très attachants. Le réalisme n'est pas vraiment le point fort du film, ce n'est pas ce qui m'intéresse le plus. 

C'est un peu évanescent tout ça... 

Pour Eva Bettan, cette histoire de famille n'est pas très convaincante

EB : "Il y a des films pour lesquels on se dit qu'on ne comprend pas parce que qu'est un film compliqué...

Là, c'est un film simple et à la fin on se dit "je n'ai pas compris"... 

Certes, je vois des pistes : il veut parler de la filiation, il pose la question "D'où vient la naissance ?" et "Finalement, est-ce que c'est si important ?" Mais ça reste posé comme des petits bouts qui ne s'agrègent pas suffisamment pour faire une histoire...

Il y a l'histoire d'une famille (oui, c'est quelque chose qu'on a déjà vu, mais là on pourrait le refaire deux millions de fois),  mais elle reste sans existence véritable, il n'y a pas vraiment de chair dans les personnages... 

On dirait que Louis-Do de Lencquesaing lui-même n'est pas convaincu par son film... 

Charlotte Lipinska regrette le manque de scénario 

CL : "Tout l'enjeu du film est annoncé par la scène inaugurale avec ce professeur qui fait un cours sur les anguilles, où il explique tout le mystère que ces dernières ont de quitter le fleuve pour aller dans la mer se reproduire, que ça reste un mystère et que le mystère c'est ce qu'il y a de plus précieux. 

Le mystère, on le cherche effectivement... Le scénario, il n'y en a pas... 

Il y a une observation à la fois extrêmement fine et assez précise des rapports familiaux et du milieu dans lequel ils s’inscrivent : la vision de la haute bourgeoisie, c'est assez bien vu. Maintenant, qu'est-ce qu'il s'y passe à l'intérieur ? Rien... Le film n'a rien d'autre à nous proposer que de nous dire que, même chez les grands bourgeois, il y a des secrets de famille, des coucheries et des trahisons... 

So what ? Ça ne mène pas à grand chose

Il y a un petit plaisir de comédiens quand même : Marthe Keller, qu'on adore et Laura Smet, qui fait l'inventaire d'une succession, on y voit là une petite ironie avec toute l'histoire de l'héritage. Je me suis dit qu'il choisissait Laura Smet pour faire l'inventaire d'un héritage. C'est marrant, mais c'est un peu tout ce qu'il me reste du film, c'est-à-dire pas grand chose"... 

"La Sainte Famille" : Laura Smet
"La Sainte Famille" : Laura Smet / Pyramide Films

Pour Xavier Leherpeur aussi, le scénario ne fonctionne pas

XL : "J'ai l'impression que Marthe Keller s'est emparée du rôle parce qu'il est mieux écrit et elle l'interprète mieux ! Elle s'est même offert des sorties de chant qui sont presque théâtrales, qui sont presque du théâtre de boulevard. Elle est toujours dans le cadre, il y a toujours une trace de sa voix quelque part avec son autorité et sa manière de tacler toute la famille qu'elle déteste, pour laquelle elle n'a aucune affection. 

Le scénario est totalement raté, c'est un vrai problème... 

Au milieu, il est nommé ministre et on ne comprend absolument pas pourquoi... On se dit que c'est amusant, qu'il y a une ironie puisqu'il est ministre de la Famille alors que sa famille est totalement dysfonctionnelle. On pense qu'il est plutôt ministre de droite donc on se dit que c'est drôle parce que les valeurs de la famille chez lui, elles n'existent pas, elles sont totalement frelatées et détruites

Sauf que le mettre au milieu et ne rien en faire, ça ne sert à rien. Il aurait fallu peut-être le mettre au début et voir les conséquences de cette nouvelle autorité sur sa propre famille mais ça n'est pas écrit... Ça arrive comme un cheveu sur la soupe, ça ne fonctionne pas... On ouvre un œil parce qu'on se dit qu'il est en train de relancer son film, et non pas du tout, il s'arrête immédiatement au premier péage. 

Pour l'instant, pour un deuxième film, il ne transcende toujours pas l'essai d'un premier film qui n'était déjà pas très réussi....

Le film

► Sortie en salles le 25 décembre 2019. 

🎧 Écoutez l'ensemble des critiques échangées à propos de ce film sur le plateau du Masque et la Plume :

5 min

"La Sainte famille", de Louis-Do de Lencquesaing : les critiques du Masque et la Plume

Chaque dimanche à 20h, retrouvez les critiques du Masque et la Plume, réunis autour de Jérôme Garcin, pour parler cinéma, théâtre ou littérature.

Toutes les autres critiques de films du Masque et la Plume sont à retrouver ici

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.