Après le succès fulgurant de "Breaking Bad" où l'on avait totalement redécouvert son jeu d'acteur après le long héritage de la série TV "Malcolm", l'acteur Bryan Cranston s'illustre dans une série à thriller et rebondissements garantis, où il campe cette fois un juge forcé d’enfreindre la loi pour défendre son fils.

Les acteurs Bryan Cranston (Michael Desiato) et Hunter Doohan (Adam Desiato) entre père et fils dans la série "Your Honor" de Peter Moffat
Les acteurs Bryan Cranston (Michael Desiato) et Hunter Doohan (Adam Desiato) entre père et fils dans la série "Your Honor" de Peter Moffat © Skip Bolen/SHOWTIME

La série présentée par Xavier Leherpeur 

Série américaine en dix épisodes diffusés sur Canal +. 

Ce thriller anxiogène où il est question de versatilité de la justice, de vengeance, de sacrifice paternel et de ce dont on est capable pour tenter de sauver son fils d'un désastre inéluctable.

Juge intègre et franchement de gauche au sein d’une machine judiciaire américaine à l’éthique versatile, Michael Desiato, veuf depuis quelques temps, voit son équilibre de vie fracassé le jour où son fils Adam renverse et laisse pour mort sur le bord de la route un jeune adolescent qui étrennait sa nouvelle moto reçue pour son anniversaire. Pris de panique Adam fuit le lieu de l’accident. Sa victime décède. 

Le père d’Adam tente de faire disparaître toutes les traces du crime et échafaude dans la précipitation une histoire de voiture volée pour exonérer son fils. Mais les choses ne vont évidemment pas se passer comme prévu et Michael va se retrouver au cœur d’un engrenage viral et fatal. D’autant plus fatal que la victime n’est autre que le fils cadet d’un parrain de la pègre local. Parrain dont l’épouse et mère ivre de vengeance va tout mettre en œuvre y compris le pire pour se faire justice. 

Une série policière mais pas seulement qui explore l’affection culpabilisatrice, fusionnelle et toxique d’un père pour son fils.

Une série créée par Peter Moffat, d’après une série originale israélienne. Peter Moffat, un scénariste britannique aguerri ayant signé entre autres les scripts de Silk et Criminal Justice. Avec dans les rôles principaux Bryan Cranston inoubliable vedette de Breaking Bad. À ses côtés, dans le rôle d’Adam, Hunter Doohan vu dans la série Truth be told. Sans oublier Hope Davis impressionnante dans la peau d’une mère vengeresse et machiavélique sortie tout droit d’une tragédie antique. Une actrice vue au cinéma récemment dans Joker

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Ava Cahen a adoré, particulièrement le jeu d'acteur de Bryan Cranston

AC : "Une série à suspense qui, en apparence, est relativement classique, mais qui, en réalité, soulève, épisode après épisode, des questions morales très complexes

C'est un peu comme dans la série Breaking Bad, qui a élevé Bryan Cranston au rang de divinité télé. Nous spectateurs, on s'inquiète de son sort au détriment de celui des innocents, dont il peut parfois mettre la vie en péril pour sauver ses fesses ou celle de sa famille. C'est toute l'ambivalence de cette série et du raisonnement qu'elle convoque chez le spectateur. Le personnage de l'avocate jouée par Carmen Ejogo est très intéressant et éloquent au regard de tout ça. 

Je ne crois pas que ce soit anodin si cette adaptation se déroule en Louisiane, où la criminalité est sévère, où les communautés sont divisées où la lutte des classes est très vive. La série montre ces aspérités, ces inégalités, tout le sous-texte social. La réflexion sur la nature des privilèges m'intéressent. 

Au-delà de ça, ce qui fait le sel de la série, c'est évidemment Bryan Cranston, qu'on ne voit pas tout de suite. Au début du premier épisode, on ne voit pas son visage, on le voit de dos encapuchonné en train de faire son jogging, comme souvent dans les séries où on l'emploie, c'est marrant. Quelques minutes après, c'est sous la douche qu'on le retrouve. C'est comme s'il effaçait les traces des personnages qui lui collent encore à la peau pour mieux nous préparer à sa performance. 

Sobre, impeccable, Bryan Cranston est absolument fascinant à regarder de bout en bout

C'est encore un autre des atouts de la série, elle confronte deux pères de famille qui n'occupent pas n'importe quelle fonction sociale. Ici, c'est le juge versus le malfrat. Et d'avoir mis Gina Baxter et Michael Stuhlbarg - qu'on croirait tout droit sorti des "Affranchis" de Martin Scorsese, c'est une grande idée". 

Benoît Lagane salue une série "très bien mise en scène" 

BL : "Par rapport à Bryan Cranston, contrairement à son rôle dans la série Breaking Bad, on ne sait pas dans quelle direction il va aller. Il est imprévisible, on voit bien qu'il va prendre la défense de son fils mais on ignore par quels moyens. C'est plutôt pas mal. 

C'est très bien mis en scène, par des réalisateurs qui savent mettre en avant La Nouvelle-Orléans et le genre. Il fait partie de la brochette des metteurs en scène qui savent mettre en avant ce comédien. 

Sinon, j'ai été un peu agacé par l'éternelle histoire qui implique le bon vieux mafieux local qu'on a souvent revu ailleurs. C'est ce qui m'a le moins intéressé, malheureusement". 

Isabelle Danel en attendait énormément et… s'est retrouvée extrêmement déçue

ID : "Vous allez me dire que je défends une série de TF1 et que je critique les révérés Peter Moffat et Bryan Cranston, mais j'attendais énormément de cette série. 

Je suis extrêmement déçue et ce, dès le début de la série…

Notamment durant cette scène au commissariat où le juge a décidé d'emmener son fils. Ils y croisent un couple en larmes que lui, reconnaît immédiatement. Il en déduit que son fils a tué le fils du caïd de la mafia… Oui, enfin comment c'est possible ? Il n'y a qu'un meurtre par jour à La Nouvelle-Orléans ?? Et tout est comme ça… 

J'entends la réunion des scénaristes d'ici… C'est très convenu

La fin justifie les moyens. Je pense que c'est une idée de scénariste, mais que c'est rigoureusement impossible que ce personnage-là, tel qu'il nous est montré, aille si loin, et qu'il accepte des choses pareilles. 

À un moment, tout devient caricatural. Les mafieux sont totalement ratés…

La fille du mafieux, c'est, pour moi, la révélation de la série. Elle sauve un peu la série, avec le fils aussi, tout tremblotant. Il y a des choses extrêmement jolies mais un tel scénario, ce n'est pas possible. Il y a quelque chose qui me dérange profondément".

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

9 min

Les critiques de la série TV "Your honor" dans "Une heure en séries"

Par Xavier Leherpeur

Aller plus loin

► La série est disponible depuis le 28 janvier 2021 sur Canal +

🎧  Chaque samedi à 20h, retrouvez les critiques d'Une heure en séries, réunis autour de Xavier Leherpeur, pour parler séries télévisées.