L'adaptation cinéma par Pierre Godeau de l'oeuvre de Sempé n'a pas convaincu les critiques du "Masque & la Plume". Le film n'est pas sans intérêt, Benoît Poelvoorde, Edouard Baer, Suzanne Clément, Grégory Gadebois sont bien. Il y a une ambiance "Amélie Poulain". Mais le film est terriblement sage et désuet.

Edouard Baer et Benoît Poelvoorde dans "Raoul Taburin" de Pierre Godeau (2019)
Edouard Baer et Benoît Poelvoorde dans "Raoul Taburin" de Pierre Godeau (2019) © PAN-EUROPÉENNE / KRIS DEWITTE

Le film résumé par Jérôme Garcin

Un film inspiré du récit dessiné du génial Sempé, avec Benoît Poelvoorde, Edouard Baer, Suzanne Clément, Grégory Gadebois.

Benoît Poelvoorde, c’est Raoul Taburin, qui répare les bicyclettes à Saint-Céron, dans la Drôme provençale – on est dans les années 1960 -, et cache un terrible secret : le roi du guidon ne sait pas faire de vélo ! Jusqu’au jour où son ami-photographe Hervé Figougne (Edouard Baer), le met au pied du mur, ou plutôt du pédalier...

Pour Pierre Murat, le film est "désuet", "gentil", "petit", "charmant"… "pas grand chose…"

PM : C’est désuet bien sûr. 

C'est très difficile de porter, on le sait, un récit dessiné à l'écran. 

Je trouve que la première partie, paradoxalement quand les deux stars du film interviennent peu, rappelle un peu le cinéma d'Yves Robert : un cinéma très sage... Il y a un vrai charme dans la peur de ce gamin de ne pas savoir monter à vélo. Poelvoorde et Baer sont très bien, ce n'est pas du tout de leur faute, mais je trouve qu'ensuite, lorsqu'ils apparaissent, ça devient un peu lent.

Ah et il y a Grégory Gadebois dans la première partie, il est toujours bien. Il n'a rien à dire, à faire, sinon regarder avec la pipe qui pend à la bouche et il est absolument prodigieux.

C'est gentil petit, charmant… pas grand chose…

Pour Eric Neuhoff, c'est absurde d'avoir voulu adapter Sempé !

EN : C'est un film pour les enfants mais pour les enfants des années 1960, tellement c'est désuet ! En plus, on ne sait pas très bien à quelle époque ça se passe. 

C'est un univers un peu à la Amélie Poulain version provençale, ça ne mange pas de pain. 

La difficulté, c'est d'adapter Sempé en chair et en os, c'est absurde comme projet parce que c'est de la poésie et là, ça rend la chose prosaïque. C'est tellement un génie, Sempé, on ne devrait pas y toucher !

Tout le monde fait ce qu'il peut, là-dedans, les paysages sont jolis, Poelvoorde fait le job, on voit qu'Edouard Baer est passé deux jours pour aller boire des bières avec son copain dans le bistrot d'à côté… 

C'est charmant, désuet.

Danièle Heymann a été attendrie

DH : On finit quand même par être attendri. J'étais contente de retrouver Suzanne Clément (l'actrice formidable dans Mommy ou Laurence Anyways). Oui c'est désuet. Surtout, dans la mise en scène il y a cette voix off qui asphyxie le film. Il raconte ce qu'il est en train de vivre, on aimerait qu'il y ait de temps en temps ce qu'il est en train de vivre. Mais, finalement il y a de l'amitié, de la tendresse, il y a tout à coup un vélo qui s'envole, c'est gentil… 

Et puis voilà, on a besoin de temps en temps d'être gentil alors je trouve que c'est gentil.  

Aller plus loin

Sortie en salles le 17 avril 2019

🎧 Écoutez l'ensemble des critiques échangées à propos de ce film sur le plateau du Masque et la Plume... (sans la critique de Jean-Marc, qui ne  l'a pas vu)

4 min

"Raoul Taburin" de Philippe Godeau : les critiques du "Masque & la Plume"

Chaque dimanche à 20h, retrouvez les critiques du Masque et la Plume, réunis autour de Jérôme Garcin pour parler cinéma, théâtre ou littérature.

À noter que d'autres critiques de films du Masque et la Plume sont à retrouver ici !

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.