"Toy Fair" à Londres en 2011 à Londres
"Toy Fair" à Londres en 2011 à Londres © corbis

En 1977, lorsque le premier épisode de Star Wars est paru sur les écrans, personne n’imaginait que le film deviendrait le phénomène majeur de la culture contemporaine qu'il est aujourd'hui. La saga est devenue une véritable mythologie, qui puise ses sources dans d'autres mythologies plus anciennes : elle fait référence à la Bible, aux mythes grecs, aux légendes moyenâgeuses, mais aussi au monomythe de Joseph Campbell. Dans Pop fiction, Ali Rebeihi proposait dimanche 20 septembre de s'intéresser aux références de la saga, éclairées par Laurent Aknin (critique cinéma), Arthur Leroy (psychologue), Frederick Sigrist (humoriste sur France Inter mais aussi grand fan de Star Wars), Eric Libiot (rédacteur en chef à L’Express) et Guillemette Odicino (journaliste à Télérama).

La recette de Star Wars

“La trilogie Star Wars est étonnante” remarque Laurent Aknin, “elle donne la sensation de voir quelque chose qu’on n'avait encore jamais vu tout en ayant la sensation de revoir quelque chose qu’on avait toujours vu. ” Il y a des sabres lasers, des sons qu’on n’avait encore jamais entendus, une saga intergalactique, mais l’histoire n’est pas tout à fait nouvelle : une goutte du mythe d’Œdipe par ci, un zeste deschevaliers de la Table Ronde par là, une touche de l’Odyssée d’Ulysse là… George Lucas a puisé son inspiration dans les grands mythes classiques. Et même un peu plus que ça : dans une conférence de presse (donnée à New York en 1999), le réalisateur reconnaissait s’être grandement appuyé sur le travail de Joseph Campbell , l’inventeur du monomythe - un mythe dans lequel on retrouverait tous les autres .

Cela fait de Star Wars une histoire explicitement et sciemment basée sur la structure narrative de tous les grands mythes. Dans son livre Le Héros aux 1001 visages (1949), le professeur d’anthropologie américain explique quetous les mythes se retrouvent dans une seule et même histoire : c'est le monomythe. Tous suivent unetrame narrative à peu près similaire en terme de fonctionnement, composée de 12 étapes principales (les premières pages de l'essai de Campbell sont consultables gratuitement ici). Le héros part d’un état d’enfance dans un monde ordinaire (pour mieux valoriser l'extraordinaire auquel il va être confronté ensuite) ; il est plongé dans l’aventure alors qu’il ne le souhaite pas, il est aidé d’un mentor qui va le guider et le conseiller… jusqu’à une mort symbolique et son retour. La recette narrative du monomythe a été utilisée pour construire la structure de bien d'autres films : Matrix , Men In Black , Le Roi Lion … Explications en vidéo :

Star Wars 7 - L'affiche
Star Wars 7 - L'affiche © radio-france

La bande-annonce de l'Episode VII : Le Réveil de la Force a été vue 38,1 millions de fois en l'espace de 24 heures à travers le monde, via Facebook et Youtube, selon l'institut américain ListenFirstMedia. Comment expliquer une telle attente du public ? En partie, grâce à la capacité de Star Wars à se positionner dans la lignée des anciennes mythologies et par là toucher les gens à un niveau fondamental . La saga atteint son public car, comme toute mythologie, elle atteint trois objectifs essentiels, rappelés ici par le psychologue Arthur Leroy : > Elle donne une explication au monde. “ Pourquoi le mal existe ? Parce que la force a un côté obscur et un côté positif” explique Arthur Leroy.> Elle console. “Comme tout le monde, vous rencontrez des difficultés dans votre vie. Avec cette saga, vous entendrez des histoires dans lesquels il y a encore plus de malheurs et de drame que dans votre vie. Par comparaison, votre vie est assez facile, tout compte fait”> Elle donne l’exemple / des exemples : “À certains moments de votre vie, vous allez vous identifier ou vous reconnaître dans tel personnage, tel trait de caractère, parce que ça va donner une explication à votre vie. Vous allez pouvoir ajuster votre comportement en fonction des modèles que vous choisirez.”

Une mythologie investie par les fans

Et cela, d'autant plus que Star Wars offreun univers très actif dans l'imaginaire collectif contemporain . L'univers auquel la saga fait référence est suivi et développé par une grande communauté de fans. Certains le réinventent et/ou brodent des fictions autour de l'histoire officielle - comme ce court-métrage proposant une explication logique (et drôle) à la genèse de Star Wars : George Lucas in Love (1999).

"Chacun s’approprie cette mythologie comme il l’entend ” confirme le psychologue Arthur Leroy. Il remarque aussi qu'aujourd'hui,la mythologie Star Wars résonne dans le vie affective de certains de ses patients : "Pour eux, c’est un appui important pour parler de la vie intime - familiale notamment. Se raconter un peu en s’identifiant à Luke, Leïa…”

Scène de Star Wars chez Madame Tussauds à Londres
Scène de Star Wars chez Madame Tussauds à Londres © Jonathan Hordle/REX Shu/SIPA

Chose rare, la communauté de fans de Star Wars a dissocié dans ses amours l’univers (Star Wars ) de son créateur (George Lucas). En témoigne récemment ce détournement du clip de Gotye, “The Star Wars I Used to Know ”, cri du coeur d'une partie des fans, reprochant notamment à l'auteur d'avoir modifié après coup des séquences de la première trilogie après sa diffusion officielle ainsi qu'un usage abusif des effets spéciaux et de la 3D.

Petite sélection des paroles de la chanson (vers 2'25'') :

[GEORGE LUCAS:] Now and then I think of all the times I screwed fans over / Parfois je pense à toutes les fois où j'ai arnaqué les fans I had them believing that the first three films were really done / Je leur avais fait croire que la première trilogie était vraiment finie But Star Wars will be done my way / Mais Star Wars sera fait selon mon idée I don’t care what they have to say / Je ne me soucie pas de leur opinion I think that they should let it go /Je pense qu'ils devraient laisser tomber And they’ll never get the Blu-Ray of the Star Wars that you used to know / Et qu'ils n'auront jamais le Blu-Ray de Star Wars tel que vous le connaissiez [DARK VADOR:] You didn’t have to change it all / Vous ne deviez pas tout changer No more puppets, no more practical effects or nothin’ / Plus de marionnettes, plus d'effets spéciaux traditionnels, plus rien I don’t even need your love / Je n'ai même pas besoin de votre amour But you treat me like a wampa and that feels so cold / Mais vous me traitez comme un wampa et c'est si glaçant No you didn’t have to sell your soul / Non vous n'aviez pas à vendre votre âmeDo we really need to watch them all again in 3D ? / Est-ce qu'on avait vraiment besoin de revoir tous les films en 3D ? Jar Jar was an all time low / Jar Jar a toujours été nul What happened to the Star Wars that I used to know / Qu'est-il arrivé au Star Wars tel que je le connaissais

Aller plus loin

►►► RETOUR AUX SOURCES | Pour les curieux, Arte proposait en 2007 un très bon documentaire expliquant plus en profondeur les origines de la saga

►►► EMISSION | Réécoutez Pop fiction

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.