Rencontre dédicace à l'occasion de la parution du livre Sharunas Bartas ou les hautes solitudes , sous la direction de Robert Bonamy, co-édition De l'incidence éditeur-Centre Pompidou, Paris, 2016

samedi 13 février à 18h30 , niveau -1, devant la Petite Salle

« La beauté des films de Sharunas est entière dans la façon qu'ont ces films de se tenir droit debout sur le fil vacillant qui relie leur auteur, ses peines et ses lumières, aux peines et aux lumières du monde alentour. » Leos Carax Né en 1964 en Lituanie, Sharunas Bartas a commencé à réaliser des films au tournant des années 1990, alors que le bloc soviétique s’effondrait. S’il n’a jamais prétendu faire le relevé de ce séisme, son œuvre, composée aujourd’hui de douze courts et longs métrages, en a suivi les failles, qui ont largement dessiné le monde contemporain : déliquescence, épuisement, misère, solitude, clandestinité, errance, trafic. Surgis de la confrontation des hommes à des lieux, souvent trouvés aux confins de longues expéditions (en Sibérie, au Maroc, en Crimée par exemple), les films de Sharunas Bartas se traversent comme des expériences physiques. On éprouve l’espace et le temps à travers le cadre, la lumière, les couleurs, les sons, la durée, minutieusement ouvragés au point que la parole devient superflue. On les habite avec les personnages, Katerina Golubeva surtout, l'actrice, collaboratrice et compagne des premiers films. Ce cinéma de la sensation, qui veut faire vivre au spectateur l’expérience dont il est né, comme une performance à laquelle il prendrait part, a été précurseur pour nombre d’artistes et de cinéastes qui travaillent d’abord la perception. Alors que son nouveau film, sélectionné au festival de Cannes, sort en salles, le Centre Pompidou invite Sharunas Bartas à présenter l’ensemble de son œuvre, enrichie d’un court métrage réalisé sur une commande du Centre Pompidou en association avec Arte France Cinéma, un film en forme d’autoportrait qui répond à la question « Où en êtes-vous ? ». Cette rétrospective aborde aussi la fabrication du cinéma, à travers le petit studio que Sharunas Bartas a créé dès ses débuts pour garantir sa liberté, et qui profite à d’autres cinéastes. Plusieurs séances présentées par Sharunas Bartas, une rencontre avec lui et un ouvrage collectif, le premier qui lui soit consacré en français, viennent combler une trop longue absence. Enfin pour compléter cette rétrospective, le Passage de Retz installé dans le 3ème arrondissement de Paris, propose de découvrir son travail photographique, qu’il a toujours pratiqué à côté du cinéma. Serge Lasvignes Président du Centre Pompidou

Filmographie

1986 Tofolaria (court métrage) 1990 En mémoire d’un jour passé (court métrage) 1991Trois Jours 1994 Corridor 1995 Few of Us 1997The House 2000 Freedom

Organisateur : DDC / Les cinémas, Sylvie Pras

En savoir plus sur le site du Centre Pompidou

Visuel de l'évènement © Studio Kinema

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.