A 63 ans, Robin Williams été retrouvé sans vie à son domicile. Connu pour ses rôles dans "Dead Poets Society" ou "Mrs. Doubtfire ", l’acteur se serait apparemment suicidé.

Robin Williams en 2005
Robin Williams en 2005 © Reuters / Alessia Pierdomenico

La police locale présente sa mort comme un suicide par asphyxie, mais une enquête est ouverte pour préciser les causes exactes de son décès. Son corps a été retrouvé dans sa maison de Tiburon, au nord de San Francisco. Selon son agent, Robin Williams était atteint de dépression.

L'annonce de sa mort a provoqué un choc aux Etats-Unis, raconte Charlotte Alix, à New York.

D’ores et déjà les hommages pleuvent. Barack Obama dit de lui :

Robin__ Williams était un animateur de radio, un médecin, un génie, une nounou, un président, un professeur, un "bangarang Peter Pan", et tout ce qu'on peut imaginer d'autre. Mais surtout il était unique.

En quelques mots, le président des États-Unis a résumé la carrière prolifique d’un génie comique et dramatique. Une carrière débutée dans les années 1970 à la télévision, avec une apparition remarquée dans la série "Happy Days ".

Thomas Pontillon revenait sur la carrière impressionnante de Robin Williams dans le journal de 8h de Gabriel Pereira.

En 1980, son premier grand rôle au cinéma lui est confié par Robert Altman, dans "Popeye ". Huit ans plus tard, Robin Williams est nominé pour la première fois aux Oscars dans la catégorie Meilleur acteur dans "Good Morning Vietnam ".

Ô Capitaine, mon Capitaine !

L’acteur décrochera deux autres nominations : pour "Le Cercle des poètes disparus " en 1990, où il interprète un professeur de littérature devenu mythique, puis pour "Le Roi pêcheur " en 1992.

Mais ce n’est qu’en 1998 qu’il rentrera chez lui avec la statuette dorée, pour son rôle de psychothérapeute dans "Will hunting ", dirigé par Gus Van Sant. Il restera également dans les esprits grimé en femme, père divorcé luttant pour la garde de ses enfants dans "Mrs. Doubtfire " (1993).

Il savait tout faire mais, surtout, Robin Williams a reussi à créer un style inimitable, dans l'outrance, dans l'exagération, porté par sa voix, explique Christophe Narbonne, journaliste au magazine Premiere, chef du cahier critique :

C'est un peu un Louis de Funes américain

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.