Le cinéaste Roman Polanski sera au Salon du Livre de Paris pour parler littérature et cinéma. Le Salon honore en effet cette année les villes polonaises de Wroclaw et Varsovie, comme deux « capitales de la littérature ». C'est dans ce cadre que Roman Polanski rencontrera le public vendredi à partir de 17h30. Toujours poursuivi par les Etats-Unis dans le cadre d’une affaire de crime sexuel dans les années 70, il ne peut désormais voyager qu’en France, en Pologne et en Suisse.

Roman Polanski travaille actuellement pour porter l'affaire Dreyfus à l'écran. Alors qu'il a récemment adapté le livre de Leopold von Sacher-Masoch,La vénus à la fourrure , ou écrit avec Yasmina Reza le film issue de la pièce Le Dieu du carnage , c'est toute sa carrière, deRosemary baby àMacbeth , qui est faite de littérature.

De ces longs-métrages auxquels on pense immédiatement, il faut avoir à l'esprit que Le pianiste en 2001, est tiré du roman autobiographique de Władysław Szpilman. Le film d'après est un grand classique, Oliver Twist , d'après Charles Dickens, suivi de The Ghost writer , adapté de L'homme de l'ombre de Robert Harris.

Roman Polanski 1
Roman Polanski 1 © corbis

Rosemary's baby, le roman d'Ira Levin

Mais remontons plus loin, dans les années 60, lorsque pour la Paramount, Polanski a choisi le livre d'Ira Levin, qui n'était pas encore paru, pour tourner une adaptation fidèle. C'est ainsi qu'est née Rosemary’s baby , qui marque une date importante dans la carrière de Polanski. Il y joue de toutes les d'ambiguités, met en scène la paranoïa, pour signer un grand film dans la veine fantastique. Après 68, il se met au travail autour d'Un animal doué de raison , d’après Robert Merle. Mais sa femme, Sharon Tate est assassinée à Los Angeles, il abandonne donc cette oeuvre de politique fiction, et c'est finalement Mike Nichols qui en fera Le jour du dauphin en 1973.

Installé en Europe après le drame, Polanski s'empare de Shakespeare pour tourner unMacbeth très violent.

L'inspiration lui vient ensuite de Roland Topor avec son romanLe locataire chimérique , encore centré sur la paranoïa et l'enfermement. Polanski joue lui-même dans Le locataire un homme terrifié en proie à des hallucinations.

Il a adapté Perez-Reverte, Bruckner ou Shakespeare mais Robert Merle et Dostoïeski lui ont échappé

C'est en Bretagne, Normandie et Ile-de-France qu'il tourne plus tard une adaptation du roman classique britannique de Thomas Hardy, Tess , en hommage à Sharon Tate. C'est un film historique et romantique récompensé par trois Oscars et trois Césars.

La neuvième porte
La neuvième porte © Radio France

Autre manière de s'attaquer aux grands classiques, Polanski adapte à la fin des années 90, le roman de l'Espagnol Arturo Perez-Reverte,Club Dumas , en référence à Alexandre Dumas et aux Mousquetaires. Il utilise l'une des intrigues sataniques du livre, ce qui donne La neuvième porte, thriller fantastique avec Johnny Depp comme interprête. Le film fait aussi référence à Tintin et aux Dupondt qui en l'occurence font office de libraires.

Au rang des monuments de la littérature citons aussi Dostoïevski, mais là le projet n'aboutira pas.

C'est à Pascal Bruckner qu'il emprunte l'histoire deLunes de fiel , lors de laquelle deux couples se rencontrent et et révèlent des relations de domination exacerbées.

Dans la foulée c'est un texte de théâtre qui l'inspire : La jeune fille et mort , du dramaturge argentin Ariel Dorfman. Ces allers-retours entre théâtre et cinéma sont significatifs, comme si le théâtre lui permettait de servir de respiration.

Quelle relation entretient-il avec les livres en tant que cinéaste. Il le dira ce vendredi au Salon du Livre de Paris à partir de 17h30. Il y a en tout cas un roman à écrire avec l'histoire de ce cinéaste si particulier, avec une vie si particulière, qui a fait de tous ces romans une oeuvre cinématographique.

C'EST AUSSI AU SALON DU LIVRE DE PARIS |

Faire le tour du monde en 20 livres >

France - Brésil : une rencontre littéraire réjouissante >

Brésil : 7 livres incontournables >

Le Salon du Livre de Paris >

La lecture, une cause nationale ? >

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.