Comment un marchand d'art parisien (d'artistes comme Arman ou César) révise son jugement sur les oeuvres qu'il a vendues toute sa vie, et comment il a fait faire à Godard son premier film publicitaire .

2013 sera l’année 3D pour Jean-Luc Godard. Il prépare « Adieu au langage », histoire d’un couple qui ne s’entend plus et dont le chien devrait se mettre à parler.

Je ne referai pas ici le parcours cinématographique de Jean-Luc Godard, en revanche l'occasion est trop belle de faire un focus sur ces débuts publicitaires.

Pierre Nahon, ancien marchand d'art parisien, est à l’origine du film premier publicitaire de Jean Luc Godard, pour une marque d’after shave "Schick". Une courte histoire d'amour sur l'écran et une belle chute des ventes pour la marque. A chaque fois que Schick passait à la télé, la marque prenait un bouillon. L'histoire retient plus facilement aujourd'hui les participations de Godard pour les campagnes de la marque Marité et François Girbaud. Mais cette affaire Schick racontée par son instigateur valait bien un petit clin d'oeil.

Pierre Nahon raconte comment il a proposé à Godard de faire de la publicité :

Pierre Nahon raconte cette histoire dans son récit paru aux Editions de la Différence, "Mais peut-on vivre sans illusion?".

Pierre Nahon
Pierre Nahon © simeone / simeone
Pierre et Marianne Nahon ont tenu pendant longtemps la Galerie Beaubourg à Paris, offert un somptueux décor à leur collection dans le sud de la France, avant de s'installer une partie de l'année à Venise. Fini l'activité de marchand d'art, restent à Pierre Nahon ses oeuvres de Spoerri, César, Segal, Duchamp ou Klein. Dans ce livre il prend du recul : incontestablement il a fait fortune en travaillant avec les meilleurs artistes des années 60 comme Arman ou César. Aujourd'hui, la vie à Venise le porte à s'interroger sur la défiinition de l'art. Carpaccio avait-il vraiment la même activité que Damien Hirst. Si Carpaccio est un artiste, qu'en est-il de Hirst ou des frères Chapman? En lisant Pierre Nahon, on regrette pour lui qu'il ne goûte plus les joies qui ont fait sa fortune. L'art doit -il avoir la même définition avec autant de siècles d'écart, des révolutions sont passées par là, et on a volontiers envie de conseiller à Pierre Nahon la lecture du livre de Philippe Sers sur la vérité en art, et sur la nature des avant-gardes radicales (éditions Hazan) Lors de ma rencontre avec lui, j'ai commencé par lui demander ce qu'il pensait de cette phrase de Robert Filliou, l'art est ce qui rend la vie plus intéressante que l'art. Il ne la connaissait pas, mais il a répondu quand même.
Pour Pierre Nahon, par "artistes", entend, Cézanne, Duchamp, Matisse, Warhol.
blogcs signature C Simeone
blogcs signature C Simeone © Radio France / C Siméone
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.