Dans le cadre de l’année croisée France-Corée 2015-2016, le Forum des images propose pendant sept semaines un portrait cinématographique de Séoul sans équivalent.

►►► Retrouvez les web-variations de Séoul Hypnotique sur le site de France Inter

Au programme, plus de 80 films, dont de nombreux inédits et œuvres rarement présentés en France, la présence d’invités exceptionnels - les cinéastes JANG Jin , LEESONG Heeil et l’actrice YE Ji-won – une carte blanche au Festival de Busan , présentée par son directeur LEE Yong-kwan , et une série de cours de cinéma pour mesurer toute l’originalité et la vivacité du 7e art au pays du matin calme.

Conçu par le Forum des images, « Séoul hypnotique » fait le lien entre les générations de cinéastes et embrasse l’étendue d’une cinématographie entre tradition et modernité, entre Asie et Occident. Le programme met à l’honneur les pionniers des années 50 et 60 (SHIN Sang-ok , KIM Kee-duk ou LEE Man-hee ) et les auteurs de « la nouvelle vague » (PARK Kwang-su , LEE Jang-ho ou JANG Sun-woo ), incarnant un cinéma de résistance apparu dans les années 80.

La génération d’aujourd’hui, emmenée par les révélations des deux dernières décennies - LEE Chang-dong , HONG Sang-soo ou BONG Joon-ho - est bien sûr présente dans ce panorama, avec notamment les films de la cinéaste BOO Ji-young (Cart ) ou les premières œuvres de IM Sang-soo (Tears , Girls Night Out ).

Films intimistes et films de genre, mélodrames et thrillers percutants, le cinéma sud-coréen est indissociable de l’histoire d’un pays, marqué par la partition et l’occupation japonaise, et fait de Séoul, mégalopole bouillonnante, le cadre privilégié de tous ses récits.

A l’écran, cette ville mutante, en danger (The Host de BONG Joon-ho , La 6e Victime de CHANG Yoon-hyu n) est aussi la capitale du mélodrame, genre historique du cinéma sudcoréen. Les femmes, de Madame Freedom de HAN Hyung-mo aux héroïnes de HONG Sang-soo , et une jeunesse en souffrance (10 minutes de LEE Yong-seung , Tears de IM Sang-soo ) en sont les personnages récurrents et cristallisent les évolutions de la société coréenne.

Abritant près de 20 millions d’habitants, elle est aussi le décor futuriste et angoissant de thrillers post-modernes (Old Boy de PARK Chan-wook , The Chaser de NA Hong-jin ). L’obsession de la violence ou du mal est comme un fil conducteur qui traverse toutes ces fictions séouliennes.

►►►Retrouvez l'intégralité du programme de Séoul Hypnotique

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.