On l'avait rencontré chez Wallace & Gromit, revu à la télévision… et le voici qui fait aujourd'hui son "one-sheep-show" sur grand écran.

A la ferme, règne un certain besoin de changer d'air et de prendre des vacances. Shaun, mouton curieux et malicieux, décide de prendre les choses en main. Sauf qu'évidemment, ça dérape... Le fermier se retrouve perdu dans la "Grande Ville", Shaun et Bitzer (le chien de berger) tentent d'aller le chercher pour le ramener, mais rien ne se passe comme prévu, le troupeau débarque, et avec lui son lot d'imprévus et de maladresses, Shaun et Bitzer se font arrêter par un garde fourrière un peu trop enthousiaste dans son travail, le fermier oublie sa ferme et se reconvertit dans la coiffure...

Shaun le mouton est l'un des personnages phares du studio d'animation britannique Aardman - et aussi l'un des plus anciens, puisqu'il a fait sa première apparition sur les écrans il y a déjà vingt ans. C'était dans "Rasé de près ", une des aventures rocambolesques de Wallace & Gromit : Wallace y était accusé de voler des moutons, et essayait de prouver son innocence. Au passage, il rencontrait un petit mouton rasé nommé "Shaun".

Depuis, il y a eu une série télévisée à succès, inspirée dudit mouton, créée parNick Park & Georges Mickael - pour les amateurs : Nick Park est le petit génie des studios Aardman, créateur notamment des personnages de Wallace & Gromit (1993), ainsi que du court-métrage oscarisé "CreaturesComforts " (1989) . Destinée (en priorité, mais pas que) aux plus jeunes, cette série a été diffusée depuis 2007 sur TF1 en France et a reçu de nombreuses récompenses, notamment le prix de la meilleure série d'animation pour enfants aux BAFTA et aux Emmys, et un Writer's Guild Award.

Elle a la particularité de proposer des dialogues dans une langue inconnue - ce qui ne les empêchent pas d'être tout à fait compréhensibles. Le film réalisé par Mark Burton et Richard Starzak fait de même... ce qui permet aux spectateurs de se concentrer sur les expressions des personnages - et les gags cachés dans les plans.

Pour Jean-Jacques Launier, commissaire de l'exposition "Aardman, l'art qui prend forme" (musée Art Ludique, Paris), "ils sont très influencés par le burlesque, Tex Avery, Charlie Chaplin". En ce qui concerne "Shaun le mouton", le film est drôle, parfois potache, bourré de clins d'oeil et de surprises... Et c'est peut être là la recette du succès Aardman : créer des films destinés aux enfants sans oublier de leur donner de la profondeur et de l'esprit - bref des films qui ne sous-estiment pas les enfants et n'excluent pas les adultes / parents .

Jean-Jacques Launier explique :

Il y a des miliers de petit détails sur chacun des plans. C'est un mélange entre burlesque, humour anglais, poésie ... Ça, c'est vraiment la touche Aardman.

Exemple dans cet extrait du film (en anglais, mais finalement, est-ce que ça compte vraiment ?) :

A noter que le studio Aardman fait en ce moment l'objet d'une exposition tout à fait intéressante au musée Art Ludique, qui permettra aux curieux de mieux comprendre ce qu'est exactement "l'art Aardman"... mais aussi l'art de l'animation de façon plus générale.

... et petite note de bas de page pour les fans de Shaun : vous pouvez revoir des vidéos sur le site officiel de Shaun, ici.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.