Ni super héros, ni intelligence artificielle, Sherlock Holmes est un être humain, détective infaillible, homme ayant sa part d'ombre, qui fascine désormais nos petits et grands écrans. Le revoici à l'affiche cette semaine, avec Mr Holmes, un film de Bill Condon. Le réalisateur britannique se propose de nous le présenter au soir de sa vie, et de nous dévoiler l'homme derrière le mythe. L'occasion de poursuivre notre série d'enquête sur les lectures, et inspirations de ces héros mythiques que sont Holmes, mais aussi Rocky Balboa ou Barbie. La parole est à Sherlock Holmes.

Ce n’est pas dans mes habitudes de prendre la plume et de parler de moi à la première personne – le Dr Watson le fait si bien à ma place. Mais en la circonstance, puisqu’il faut parler livres, je vous avouerai que je ne suis pas très porté sur la littérature ou la philosophie. Par contre, j’ai un penchant manifeste pour les histoires criminelles et tout ce que l’on peut considérer comme essais anthropologiques. Prenez des notes, l’enquête commence…

Docteur House plutôt qu'Arsène Lupin

Ainsi l’on ose me parodier en m’opposant à un gentleman-cambrioleur. Comme si ce vulgaire monte-en-l’air d'Arsène Lupin pouvait avoir le charme et les qualités d’un homme du monde ! Ceci dit, plus rien ne me surprend venant de ces français qui ont toujours préféré le vice à la vertu, la désobéissance à la discipline. Au passage on égratigne mon nom pour faire la part belle à l’inébranlable assurance d’Arsène Lupin qui se gargarise d’être enfin confronté à un challenger à sa taille.

SiMaurice Leblanc manifeste une certaine déférence à mon égard, je tempête contre ses rapprochements avec le Dupin d’Edgar Allan Poe et surtout le Lecoq de d’Emile Gaboriau que je considère comme « un pauvre incapable ». Quant au match France-Angleterre, je vous laisse deviner laquelle des deux parties l’aura emporté.

Dr House
Dr House © radio-france

Question d'époque, je me suis pris de passion pour ce que vous appelez séries télé. J'ai vu que moi-même je fais l'objet de quelques adaptations assez réussies, mais j'ai un faible pour votreDocteur House . Je le sais populaire, et je partage avec lui le goût pour les opiacés. Lui c'est la vicodine, moi ce fut la morphine et cocaïne, mais je rappelle que j'avais la chance de pouvoir trouver à l'époque de la cocaïne à la pharmacie du coin. Bref, j'ai plus de sympathie pour Dr House que pour Arsène Lupin.

Par ailleurs, je passe du temps aussi à observer cette équipe de policiers de The Wire, qui écoutent les trafiquants de drogue. Ces hommes munis de cette technologie de l'écoute me fascinent assez je dois dire.

Holmes - Pelt
Holmes - Pelt © Radio France

Je ne sais pourquoi je commence par évoquer ce chapitre toxicomanie avec vous. Ma drogue la vraie c'est l'enquête et vous ne l'avez peut-être pas bien compris, mais pour moi la cocaïne ce n'est pas un moyen d'améliorer mes facultés, c'est l'évasion au contraire.__ Je trouve la cocaïne « si stimulante pour la clarification de mon esprit que les effets secondaires me paraissent d’une importance négligeable ». Elle dissipe tous mes efforts de concentration. Shocking, diriez-vous, mais même si cela désole mon cher_Docteur Watson,_ il n’était pas rare d’avoir recours aux paradis artificiels dans la bonne société intellectuelle londonienne du XIXe siècle.

C’est ce rapport entre l’homme et certains de ces végétaux aux effets envoûtants qu’étudie Jean-Marie Pelt dans Drogues et plantes magiques, avec ce constat ironique : la plante qui guérit peut être aussi celle qui tue.

Du violon au Velvet

Holmes - Nico
Holmes - Nico © Radio France

Holmes - Stradivarius
Holmes - Stradivarius © Radio France
Puisque l'on parle de drogue, je voudrais rendre hommage à la chanteuse Nico . Parler d'héroïne me fait penser à elle, mais en réalité ce sont ses qualités d'artiste qui m'intéressent vraiment.

Principalement connue comme chanteuse dans le premier album du Velvet Underground, The Velvet Underground and Nico , mais elle a eu sa carrière solo en tant que chanteuse, elle fut actrice pour Fellini et Philippe Garel, et a eu un enfant qu'Alain Delon n'a jamais reconnu.

Je ne suis pas rock'n roll c'est sûr, mais je suis toujours attiré par les personnalités assez radicales ou entières dans leurs choix. J'aspire à la perfection.

Je n’ai jamais compris pourquoi Ingres avait son expression et pas moi. Le violon occupe pourtant une place très importante dans ma vie, et c’est bien le seul hobby, à part la drogue, qui pourrait me détourner un moment d’une enquête.

J’en joue dès que le temps me le permet tout comme je m’intéresse de près à l’instrument et aux musiciens. Il m’arrive d’ailleurs de me rendre aux concerts comme je le signale dans L’étude en rouge où je pars applaudir Wilma Norman-Neruda. Évoquer le livre Stradivarius, sa vie, ses instruments touche au prestige, à la grâce. Lire cette biographie signée Henri Pigaillem sur ce luthier de légende m’inspire une certaine idée de la perfection, un modèle de l’artisanat pérenne à jamais égalé.

Elucider les crimes, ça s'apprend

Holmes - medecine légale
Holmes - medecine légale © Radio France

« Une fois l’impossible éliminé, ce qui reste, aussi improbable que ce soit, doit être la vérité ». Merci pour l’hommage rendu en quatrième de couverture, je vois que je figure en bonne position dans Une histoire de la médecine légale et de l’identification criminelle . En quelques pages (le livre n’en compte que 128), Alain Bauer et Roger Dachez retracent les grandes étapes des techniques scientifiques pour élucider crimes et délits depuis Ambroise Paré, proclamé ici père de la médecine judiciaire.

A cet égard, je ne peux que recommander sa Méthode de traiter les plaies faites par les arquebuses et autres bastons à feu, et celles qui sont faites par la poudre , considérée comme l’acte de naissance de la chirurgie moderne. Le reste établit les apports de la toxicologie, de l’autopsie ou de la criminalistique à l’investigation policière. Autant de sciences au service de la justice popularisées aujourd’hui par la série TV Les experts , qui font aussi partie de mes préférences.

La méthode Darwin plutôt que le détecteur de mensonges ou les écoutes

Holmes - Darwin
Holmes - Darwin © Radio France

Mon œil de lynx, je le dois aussi à Charles Darwin et L’expression des émotions chez les hommes et les animaux .

Dans ses travaux, le naturaliste anglais a méticuleusement analysé tous ces détails physiques qui trahissent nos sentiments. Il observe l’obliquité des sourcils sous l’influence de la souffrance, le mécanisme du sourire sarcastique.

Il est capable de déterminer la relation entre l’étonnement et l’ouverture de la bouche et d’établir un diagnostic sur les expressions de haine et de colère.

Avec Darwin, pas besoin de détecteur de mensonge. Un simple regard suffit pour sonder le for intérieur d’un individu.

Vous trouverez que je ne relâche jamais la bride de mon esprit car même en vacances, j’ai besoin d’agiter mes méninges.

Georges Perec
Georges Perec © Radio France

Les nouveaux jeux intéressants de Georges Pérec m’apportent de nouveaux défis cérébraux avec leurs mots croisés, leurs cryptogrammes, leurs problèmes logiques à résoudre.

L’auteur de La vie mode d’emploi était un adepte des casse-têtes, expérimentant des formes à base de contraintes et de combinaisons littéraires complexes dans certains de ses romans. Le plus connu d’entre eux, La Disparition , esquive la lettre e sur plus de 300 pages. Une énigme ardue, l’une des plus difficiles qu’il m’ait été donné de résoudre.

Pour finir, voici un conseil de lecture. Je vous engage vivement à lire le roman de Richard Hoskins.

Holmes - Tamise
Holmes - Tamise © Radio France

Mon flair légendaire me guide souvent vers de passionnantes lectures en matière d’affaires criminelles. Récemment, j’ai été subjugué par L’Enfant dans la Tamise , le récit d’un macabre fait divers survenu dans la capitale anglaise au début des années 2000. Un buste d’enfant a été retrouvé dans le fleuve londonien.

Comment identifier un corps dépourvu de tête et de membres ? Quel peut-être le mobile d’un tel crime ? Avec le peu d’indices qu’il dispose, Scotland Yard consulte Richard Hoskins un professeur de théologie, spécialiste des religions tribales d’Afrique pour tenter de faire avancer l’enquête.

Mais la piste qui mène aux pratiques sacrificielles de certains pays africains exhume la tragédie personnelle de l’auteur.

Dans un cas comme celui-ci, l’esprit de déduction ne peut plus seulement se baser sur des principes scientifiques ; il doit aussi considérer l’immatériel.

ALLER + LOIN |

Ce sont nos héros et ils lisent. Cliquez sur chaque image pour découvrir leurs goûts

Captain America - black et cap
Captain America - black et cap © Radio France

Captain America - Godefroy
Captain America - Godefroy © Radio France
Barbie
Barbie © Radio France
Creed
Creed © Radio France
Mickey
Mickey © Glenat
lucky - L'art de Morris
lucky - L'art de Morris © Radio France
Batman, vs superman
Batman, vs superman © Radio France

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.