Un film de Kiyoshi KurosawaAvec Kyôko Koizumi , Hazuki Kimura , Yû Aoi, Mirai Moriyama , Eiko Koike , Kenji Mizuhashi

Première partie du dyptique de Kurosawa, à la suite de "Shokuzai, celles qui voulaient oublier"

Dans la cour d’école d’un paisible village japonais, quatre fillettes sont témoins du meurtre d’Emili, leur camarade de classe. Sous le choc, aucune n’est capable de se souvenir de l’assassin. Asako, la mère d’Emili, désespérée de savoir le coupable en liberté, convie les quatre enfants chez elle pour les mettre en garde : si elles ne se rappellent pas du visage du tueur, elles devront faire pénitence toute leur vie. Quinze ans après, que sont-elles devenues ? Sae et Maki veulent se souvenir.

A l’exception de Kyôko Koizumi, qui interprète la mère, Kiyoshi Kurosawa n’avait jamais travaillé avec les quatre autrescomédiennes. Actuellement, elles sont toutes sur le devant de la scène au Japon, très populaires, que cesoit dans des films ou des séries télé. Le réalisateur les a vraiment recrutées à contre-emploi, il leur a proposé des rôlesloin de ce que chacune avait l’habitude de faire. Toutes ont été très enthousiastes à cette proposition. Peut-êtreparce que ces rôles leur permettaient de dépasser une frustration de jouer où elles se voient toujours confier les mêmes types de personnages.

Les actrices

Yu Aoi
Yu Aoi © Radio France / Version Originale / Condor

Yû Aoi interprète Sae Kikuchi, esthéticienne "Le portrait de Sae est peut-être le plus tragique des cinq. Sous certains aspects, il m’a fait penser à un drame shakespearien. Interpréter ce rôle m’a permis de réaliser combien la frontière entre un amour pervers et un amour véritable est ténue. Ce qui m’a particulièrement plu, c’est aussi de voir des personnages évoluer dans les marges de l’intrigue, passer chacun leur tour sous les feux de la rampe."Actrice et mannequin, Yû Aoi fait ses débuts au cinéma en 2001, en jouant le rôle de Shiori Tsuda dans le film de Shunji Iwai, All about Lily Chou-Chou. Depuis, elle joue autant au cinéma qu’à la télévision, en passant par le doublage de films d’animation et de nombreuses apparitions dans des spots publicitaires. Elle a remporté de nombreuses récompenses pour ses performances.

Eiko Koike
Eiko Koike © Version Originale / Condor
**Eiko Koike interprète Maki Shinohara, professeur** J’avais adoré le roman originel, et j’espérais un rôle s’il était adapté à l’écran. Quand la proposition est arrivée, j’étais ravie. Ma scène phare est celle où Maki met tout en oeuvre pour racheter sa faute, où elle fait pénitence. La question de savoir si elle réussit à racheter sa faute reste en suspens, mais c’est là qu’elle extériorise enfin tous les sentiments qu’elle gardait profondément enfouis en elle. Sous ses airs calmes et flegmatiques, j’ai été impressionnée par la précision et la finesse de la direction d’acteurs de Kiyoshi Kurosawa. Je suis sûre que toutes les actrices l’adorent._Ancienne pin-up et mannequin de charme, Eiko Koike est désormais actrice, commentatrice de combat libre et "idole" japonaise. De 2002 à 2006, elle est la porte-parole du Pride Fighting Championships au Japon. En 2007, elle épouse le lutteur professionnel Wataru Sakata._
Sakura Ando
Sakura Ando © Version Originale / Condor
**Sakura Andô interprète Akiko Takano, emprisonnée** Quand j’ai lu le scénario, je l’ai trouvé un million de fois plus intéressant que le roman. Kiyoshi Kurosawa a l’air tellement gentleman que parfois, je me demandais d’où lui venait toutes ses idées décalées et son inspiration. Le résultat est à la fois étrange et passionnant._Née d’un père acteur et réalisateur et d’une mère comédienne et essayiste, précédée par une soeur réalisatrice, Sakura ANDÔ fait ses débuts au cinéma en 2006 avec A Long Walk puis Out of the Wind en 2007, deux films réalisés par son père. En janvier 2013, pour la première fois dans l’histoire du Kinema Junpo Best Ten, elle se voit décerner le double prix de Meilleure actrice et Meilleur second rôle féminin pour sa prestation dans Our Homeland (2012) de Yong-hi Yang._
Chizuru Ikewaki
Chizuru Ikewaki © Version Originale / Condor
**Chizuru Ikewaki interprète Yuka Ogawa, fleuriste** Les spectateurs devront être attentifs à la connexion et à l’enchaînement des différents événements qui constituent les divers portraits. Bien que personne n’ait de réponse et que le flou règne dans tous les esprits, tous les personnages tentent de découvrir la vérité au risque de commettre des erreurs. Pour moi, le désir de vérité s’empare du spectateur. (…) Kiyoshi Kurosawa est le réalisateur le plus gentleman et le plus gentil que je connaisse._Chizuru Ikewaki fait ses débuts en 1997 grâce au réalisateur Jun Ichikawa qui la repère parmi 8000 jeunes filles lors du casting pour la campagne de publicité d’un entrepreneur immobilier. Depuis, elle joue dans de nombreuses séries télévisées, films et publicités._
Kyoko Koizumi
Kyoko Koizumi © Version Originale / Condor
**Kyôko Koizumi interprète Asako Adachi, la mère d’Emili** Participer à Shokuzai m’a donné l’opportunité d’interpréter un rôle passionnant et inhabituel pour moi, celui d’une femme tourmentée. Le tournage a duré deux longs mois, mais l’ambiance était extraordinaire et ce fut une expérience magique. L’histoire racontée tout au long des épisodes est poignante et peut faire froid dans le dos, mais à mon sens c’est ce qui fait tout l’intérêt du projet._Egalement surnommée Kyon-Kyon, Kyôko Koizumi débute en 1981 en tant que chanteuse pop à succès. Excédée d’être considérée comme une idole, elle se rase le crâne totalement à 17 ans. Après une décennie de publicités et de musique où elle devient une des japonaises à avoir vendu le plus de disques dans son pays. Elle joue ensuite un rôle de serial killer dans Bayside Shakedown (1997) et une sorcière dans Onmyôji (2001), parmi les plus gros succès japonais de tous les temps au box-office. Elle ralentit considérablement sa carrière de chanteuse dans les années 2000. Elle rencontre Kiyoshi Kurosawa en 2008 et interprète la mère de famille dans Tokyo Sonata._
Shokuzai
Shokuzai © Version Originale / Condor
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.