L'Interview qui tue sera finalement projeté dans un peu plus de 200 salles aux États-Unis.
L'Interview qui tue sera finalement projeté dans un peu plus de 200 salles aux États-Unis. © EPA/MAXPPP / JUSTIN LANE

Volte-face de Sony deux jours avant Noël. Le film qui provoque l’ire de la Corée du Nord sera finalement projeté le 25 décembre aux États-Unis dans 200 à 300 cinémas.

"Nous n’avons jamais renoncé au lancement de The Interview ", promet le patron de la division cinéma de Sony, Michael Lynton. Le film sortira donc sur les écrans américains à Noël. Mais loin des 2.000 à 3.000 salles initialement visées, il ne sera projeté que dans un peu plus de 200 cinémas.

Les précisions de Charlotte Alix, à New York.

La semaine dernière, Sony annulait pourtant la sortie le 25 décembre de sa comédie à 44 millions de dollars. Le sujet du film, l’assassinat du leader nord-coréen Kim Jung-Un, avait en effet provoqué la colère de la Corée du Nord, et dans la foulée, une attaque informatique des ordinateurs et des serveurs de la société de Culver City. Le groupe de hackers "Guardian of peace" avait prévenu que les Etats-Unis pourraient subir un nouveau 11 septembre s’ils s’entêtaient.

Un choix salué par la Présidence

Un revirement d'ores et déjà félicité. "La décision prise par Sony et par les cinémas participants va permettre au public de se faire son opinion sur ce film et nous saluons cette issue ", a dit le porte-parole de la présidence des Etats-Unis, dans un communiqué. La Maison Blanche avait en effet reproché à Sony d'avoir cédé aux menaces.

Sur Twitter, les deux acteurs principaux du film, Seth Rogen et James Franco, se sont eux aussi réjoui.

►►► ALLER PLUS LOIN | "Obama n’aurait jamais dû s’adresser directement à la Corée du Nord"

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.