J’ai hésité à vous parler de cette manifestation uniquement parisienne. Que les lecteurs bénévoles du reste de l’hexagone veuillent bien me pardonner. De quoi s’agit-il ? La sixième édition de « Films sous les étoiles » aura lieu dans le Parc de Saint-Cloud les 25, 26 et 27 juin prochains. Soit en trois jours, huit films programmés sur grand écran en plein air. J’ai souvent en mémoire la belle scène de « Coup de torchon » de Bertrand Tavernier où l’on voit une séance de cinéma la nuit à l’air libre, tellement libre que l’écran un grand drap fini par s’envoler dans les cieux africains. Belle séquence d’hommage comme Tavernier les aime. Alors que voir à Saint-Cloud ? Petite sélection en forme de coups de cœur. Le démarrage pourra se faire le jeudi avec « Les Demoiselles de Rochefort », histoire de bien se rappeler que décidément Yvonne, alias Danielle Darrieux, n’a pas voulu épouser Simon Dame, alias Michel Piccoli, au motif qu’elle trouvait ce nom bien ridicule et ne tenait pas particulièrement à s’appeler Madame … Dame, et ainsi de suite dans un film touché par la grâce ! Le lendemain, « West Side Story » fera résonner ses accents amoureux et tragiques. Et puis l’apothéose le samedi avec une nuit entière et surtout à 3 heures du matin (le dimanche donc !) le film de Martin Scorsese sur les Rolling Stones « Shine a Light » ou l’assurance d’une projection transformée de facto en immense piste de danse. Avec ses 16 caméras, le cinéaste américain a fait des merveilles cinématographiques et l’énergie de Jagger et ses petits copains fait le reste. Que faire ensuite ? Fredonner du Maurice Vallet peut-être : « Quatre heures du matin/ Je vais bientôt courir/ Et me jeter vers toi/ Je viens m’anéantir/Me sourire dans tes bras »Comment ne pas se réjouir de ce type d’initiatives qui font vivre le cinéma en format XXL, c’est-à-dire dans des conditions inhabituelles mais terriblement excitantes ? A l’heure de la multiplication des petits écrans, il est réjouissant de se dire que les films ne sont pas condamnés à ces formats plutôt tristes. On souhaite donc un plein succès à ce cinéma lequel pourrait utilement se placer sous le patronage anachronique de … Racine qui, depuis Uzès où il résidait chez son oncle, écrivait à ses amis parisiens : « Et nous avons des nuits plus belles que vos jours ». Ce qui quelques siècles plus tard reste parfaitement exact.Ah ! ça ira !La phrase du jour ?« Nous sommes tous des voyeurs, ne serait-ce que lorsque nous regardons un film intimiste. » François Truffaut à Alfred Hitchcock, à propos de « Fenêtre sur cour »

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.