Le cinéaste Stanley Donen est mort jeudi à 94 ans, a-t-on appris ce samedi. Spécialiste de la comédie musicale au cinéma, il est surtout connu pour avoir dirigé Gene Kelly dans le film encore considéré comme le meilleur du genre : "Chantons sous la pluie".

Stanley Donen, en 1984 au Festival de Cannes
Stanley Donen, en 1984 au Festival de Cannes © AFP / RALPH GATTI

Une carrière "marquée par la grâce, l'élégance, l'humour et l'innovation visuelle" : c'est ainsi que Martin Scorcese avait présenté son travail en 1998, en lui remettant un Oscar d'honneur. Le réalisateur Stanley Donen est mort ce jeudi des suites d'une attaque cardiaque à l'âge de 94 ans, a annoncé la presse américaine ce samedi. 

Né en 1924 en Caroline du Sud, il était devenu un admirateur de Fred Astaire à l'âge de 9 ans quand il l'avait vu dans le film "Carioca". Danseur de formation, il intègre en 1940 les chœurs du spectacle "Pal Joey" à Broadway, dont Gene Kelly est la vedette. C'est ensemble qu'ils vont tenter de sortir la comédie musicale des théâtres pour la porter au cinéma dans une nouvelle dimension. 

Films en extérieur

En 1949, il dirige Gene Kelly dans "Un jour à New York", film connu pour être l'un des premiers du genre à être tourné en extérieur. Avec ce premier film, le duo dépoussière un genre en perte de vitesse.

Et c'est "Chantons sous la pluie", co-réalisé avec Gene Kelly, qui porte Stanley Donen au firmament d'Hollywood. Il n'a alors que 28 ans. En 2006, l'American Film Institute estimait qu'il s'agissait de la plus belle comédie musicale jamais réalisée au cinéma. Aujourd'hui encore, "Singin' in the rain" (le titre original du film) a une influence considérable sur le cinéma américain. 

Il met en scène son acteur fétiche une dernière fois en 1955 avec "Beau Fixe sur New York". Puis c'est Fred Astaire, son idole de jeunesse, qu'il met en scène dans "Mariage Royal", avec une scène mythique où le chanteur-acteur danse sur le plafond d'une chambre d'hôtel

Un genre qui "appartient au passé"

Outre les comédies musicales, il réalise aussi des films plus intimes, ainsi que des comédies, comme "Charade" en 1963 avec deux stars hollywoodiennes, Audrey Hepburn et Cary Grant ou encore "Arabesque" en 1965 avec Gregory Peck et Sophia Loren. A la fin des années 60, il réalise moins de films, et se retire du monde du cinéma après "C'est la faute à Rio" en 1984

Lorsqu'il avait reçu son Oscar d'honneur en 1998, il avait encore effectué quelques pas de claquettes sur scène, à 73 ans, en chantant "Cheek to cheek". Deux ans plus tôt, il déclarait dans une interview au New York Times : "Toutes ces comédies musicales appartiennent au passé. Si on retournait aujourd'hui la scène où Gene Kelly danse sous la pluie, il regarderait partout autour de lui de peur d'être arrêté par la police".

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.