Après 13 films et 6 séries TV, "Star Trek" est de retour dans une série inédite : la suite des aventures du capitaine de Starfleet découvert dans "The Next Generation" (1987 > 1994) : Jean-Luc Picard. Aujourd'hui comme hier, il est incarné à l'écran par Patrick Stewart. Alors, que vaut la série ?

La série TV "Star Trek : Picard" : Patrick Stewart dans le rôle de Jean-Luc Picard
La série TV "Star Trek : Picard" : Patrick Stewart dans le rôle de Jean-Luc Picard © CBS

La série présentée par Xavier Leherpeur

Picard est la 7e série inspirée de l’univers intergalactique de Star Trek. Après les 178 épisodes de Star Trek : The Next Generation et les quatre longs métrages pour le cinéma, Jean-Luc Picard reprend du service quelques années après le traumatisme de la destruction de la planète Romulus. D’ailleurs, les Romuliens ne l’ont toujours pas digéré puisqu’ils fomentent un machiavélique plan de revanche. 

Au début de la série, quatorze ans après avoir pris ses distances avec Starfleet, Picard, toujours accro au thé Earl Grey, coule des jours tranquilles dans son château où il s’occupe de ses vignes lorsque débarque une étrange jeune femme qui l’alerte de la menace, une jeune femme qui pourrait bien avoir un lien avec le passé de Jean-Luc…

Cette série est créée par Alex Kurtzmann (Star Trek Discovery, Fringe, Alias) et l’écrivain Michael Chabon (Unbelievable, mais aussi le roman, Les Mystères de Pittsburgh), avec Patrick Stewart, comme il se doit, dans le rôle d’un Picard fatigué et défié par sa hiérarchie…

Pour une néophyte, Christine Haas est ravie : elle salue tout autant le récit que le personnage de Picard

CH : "J'en suis à mon premier Star Trek. C'est vrai que c'est un genre auquel je suis habituellement imperméable, un genre très codifié auquel je ne crois pas du tout et quand Picard lui-même dit "Je n'aime pas la science-fiction car je ne la comprends pas", je suis en parfaite adéquation. 

Je ne craignais qu'une chose, c'était de passer ma journée à bord d'une navette spatiale à circuler entre les planètes et, là, franchement, j'ai été agréablement surprise ! D'abord parce que, grâce aux dialogues qui sont habilement explicatifs, j'ai eu toutes les informations nécessaires à la compréhension du récit

Et puis, quand l'aventure a commencé à prendre forme, le suspense s'est installé progressivement et j'ai constaté que, comme souvent dans la science fiction, il y a un message politique avec une attaque en règle envers l'administration Trump, à travers une fédération des planètes qui aurait tourné le dos à ses valeurs initiales d'intégration, de paix et de fraternité pour devenir hyper protectionniste dans un esprit évident à la "America First". Pour moi, Picard est devenu l'incarnation de l'exploration bienveillante, une sorte de démocrate à la Bernie Sanders, un humaniste qui s'engagerait dans une croisade individuelle contre l'intolérance

La série repose pour beaucoup sur le charme de Patrick Stewart.

Il incarne un leader fort raisonnable, réconfortant, encourageant et, en même temps, comme tous les gens de son âge - parce que si je calcule bien Picard a au moins 94 ans - donc on comprend qu'il soit fatigué : il a un esprit assez nostalgique, plein de regrets, de douleur, d'amertume, il a perdu tous ses amis et il ne se reconnaît pas dans l'individualisme ambiant. 

J'ai été touchée par sa poésie mélancolique qui donne une certaine gravité à cette aventure qui est assez palpitante.

C'est un hommage à l'amitié. C'est quelque chose qui est loin de ce que je déteste. Pour le moment, je suis ravie !".

Photo issue de la série "Star Trek : Picard"
Photo issue de la série "Star Trek : Picard" / Amazon Prime Video

Pour Ava Cahen "la série manque d'inventivité et nourrit surtout la nostalgie des fans"

AC : "C'est une version très pondérée de Star Trek, c'est la version Earl Grey. 

J'ai trouvé que ces premiers épisodes manquaient follement d'inventivité et avaient un rythme pas très engageant... 

J'ai du mal à m'intéresser au sort des personnages tels qu'ils sont construits. Je trouve qu'il y a de gros défauts d'écriture...

Visuellement, je ne suis pas très séduite non plus, ni par la photo, ni par la mise en scène, ni par les effets spéciaux : ce sont des codes du blockbuster qui sont ici appliqués. On ne déborde pas du cahier des charges. 

Je trouve ça un peu fadasse.

En ce qui concerne les thèmes, ce qui est au cœur de la série, c'est l'héritage et la transmission, c'est la préservation de l'humanité, les leçons qu'on tire du passé pour fabriquer un avenir meilleur. 

Mais quand même, on a l'impression, avec ces trois épisodes, qu'on nous vend une série de science-fiction humaniste, progressiste, mais c'est surtout un prétexte pour que Picard retrouve ses joujoux et son vaisseau, pour faire fonctionner la nostalgie des fans de Star Trek

Après ces trois épisodes, on s'attend évidemment à retrouver le souffle original, mais là, j'ai eu vraiment beaucoup de mal avec le démarrage".

Photo issue de la série "Star Trek : Picard"
Photo issue de la série "Star Trek : Picard" / Amazon Prime Video

Pour Benoît Lagane, tout l'art de la série est de savoir faire vivre l'aventure aussi bien chez les fans de la franchise que chez les néophytes 

BL : "Moi qui connaît un petit peu l'univers, j'ai pris le même plaisir que Christine qui est néophyte. C'est-à-dire qu'on retrouve un personnage qui a une place particulière dans l'histoire de Star Trek et qui correspond à une époque, aussi, qui était les années fin 1980-début 1990, d'une Amérique utopique, et, de retrouver ce personnage aujourd'hui sous l'ère Trump, ça me fait énormément plaisir

Oui, c'est une série aussi pour les nostalgiques mais c'est tout l'art d'Alex Kurtzman et de toute la bande de J. J. Abrams, comme ils l'ont fait aussi avec les films Star Trek (parce qu'Alex Kurtzman a travaillé aussi sous le film Star Trek de 2009) : 

L'objectif consiste à rejouer avec un univers pour les fans autant que pour ceux qui ne connaissent rien.

C'est là où c'est extrêmement réussi. Si on n'y connait rien, on rentre dans cette histoire de complot, on y voit les échos avec le monde actuel comme ceux des années 1960' ont vu les échos avec leur époque. Mais comme ça l'était dans les autres séries auparavant, ça ne change pas grand chose par rapport à ce qu'est Star Trek. 

Ensuite, le plaisir de retrouver ce personnage vieillissant qui est dans son château en France... Je trouve qu'il y a beaucoup de poésie et on est revenu à ce que Star Trek avait avant que ce soit les blockbusters au cinéma. Le cœur de Star Trek, c'est les personnages, on prend le temps d'être avec eux, c'est ça la force d'un grand space opera. On est prêts à les suivre dans leur vaisseau et, d'aventure en aventure, parce qu'on les aime et qu'on les connaît profondément. Et c'est ça que je trouve vraiment touchant dans ce Picard. 

La série

► Dès le 23 janvier sur Amazon Prime

🎧 Écoutez l'ensemble des critiques échangées à propos de la série film sur le plateau de Une heure en séries :

9 min

"Star Trek : Picard" sur Amazon Prime : les critiques de "Une Heure en Série"

Par Xavier Leherpeur

Chaque samedi à 20h, retrouvez les critiques de Une heure en séries, réunis autour de Xavier Leherpeur, pour parler séries. 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.