de Walter Sallesavec Sam Riley, Garrett Hedlund, Kristen Stewart, Tom Sturridge, Kirsten Dunst, Viggo Mortensen, Amy Adams et Elisabeth Moss.

Au lendemain de la mort de son père, Sal Paradise, apprenti écrivain new-yorkais, rencontre Dean Moriarty, jeune ex-taulard au charme ravageur, marié à la très libre et très séduisante Marylou. Entre Sal et Dean, l’entente est immédiate et fusionnelle. Décidés à ne pas se laisser enfermer dans une vie trop étriquée, les deux amis rompent leurs attaches et prennent la route avec Marylou. Assoiffés de liberté, les trois jeunes gens partent à la rencontre du monde, des autres et d’eux-mêmes.

Les seuls gens qui existent sont ceux qui ont la démence de vivre, de discourir, d’être sauvés, qui veulent jouir de tout dans un seul instant, ceux qui ne savent pas bâiller.

Déjà tous dotés d’un alter ego imaginé par Kerouac dans Sur la route, les protagonistes de l’aventure se retrouvent une nouvelle fois dédoublés pour les besoins de l’adaptation du roman sur grand écran.

Sur la route
Sur la route © radio-france

Il existe de nombreuses légendes autour du roman de Jack Kerouak. Autant que de projets avortés. Roman Coppola, qui dirige avec sa soeur Sofia la société de production American Zoetrope, a vu bon nombre de personnes ramer : "C’est qu’il y a tellement de mythes autour de Sur la route et de la culture beat. J’ai eu vent par exemple d’un projet avec Montgomery Clift. De mon point de vue, Hollywood a dès le début été fasciné par l’idée de faire un film. Le livre était très populaire là-bas. Mais il y a un hic. Les films sont le plus souvent construits autour de la trame classique “début-milieu-fin”. Sur la route est bien connu pour être absolument anticonformiste de ce point de vue. La plupart des projets d’adaptation contemporains de Kerouac se sont focalisés là-dessus, et ça n’a jamais été satisfaisant."

Roman Coppola confesse d’ailleurs avoir lui-même essayé de rédiger un scénario avec l’envie de le réaliser. Le livre et sa transposition sur grand écran hantent la famille Coppola depuis des décennies. "On s’est attelé à la tâche en 1979, reprend Roman Coppola. Mon père, Francis Ford Coppola, était très intéressé par cette histoire et a acheté les droits d’adaptation du livre. Le plus souvent, à Hollywood, quand on parle d’acheter les droits, en réalité, on pose une option. Ce qui veut dire que vous achetez l’exclusivité du projet d’adaptation pour deux ou trois ans.

Walter Salles
Walter Salles © MK2 Distribution

Du coup, plus le projet traîne et plus vous devez payer. Je ne sais pas comment ça s’est fait, mais mon père, lui, a réussi à véritablement acheter le livre. Pas d’histoire d’options. C’était à lui. Il aurait fini par lâcher le projet, autrement. Il a toujours eu la conviction que ce serait un film magnifique. Tout n’était qu’affaire de timing et de rencontres. Et il y a huit ans, Walter est arrivé."

Walter Salles se souvient : "Une adaptation de Sur la route ? Je n’y ai pas pensé avant la fin de Carnets de voyage . Le livre avait une telle qualité emblématique pour moi que l’idée de l’adapter à l’écran ne m’effleurait même pas. Ce n’est qu’après la présentation de Carnets de voyage , à Sundance en 2004, que cela a pris corps. » Après cette projection, Francis Ford Coppola trouve en Salles l’évidence qui manque à son projet et décide de le rencontrer. Sur la route est passé auparavant par de nombreuses mains, et non des moindres. À la fin des années 1970, Francis Ford Coppola aurait proposé à Jean-Luc Godard de le réaliser, sans suite. Plus tard, c’est Gus Van Sant qui est sur les rangs."

"En combien de temps avez-vous écrit Sur la route ?" "En trois semaines." "Trois semaines ! Et combien de temps avez-vous passé sur la route ?" "Sept ans."La vérité est que Kerouac a commencé Sur la route à l’été 1948, et non en 1951 comme il le prétendra, et ne l’a terminé qu’en 1957. De retour de son premier voyage à travers les États-Unis, il note dans son journal, le 23 août 1948 : "J’ai un autre roman en tête, Sur la route, auquel je n’arrête pas de penser, qui parlerait de deux gars qui font de l ’auto-stop jusqu’en Californie à la recherche de quelque chose qu’ils ne trouvent pas vraiment, qui se perdent en chemin et qui retournent d ’où ils viennent à la recherche de quelque chose d ’autre."Sur la route paraît finalement le 5 septembre 1957, après presque dix ans d’un parcours pénible et, sur la fin, humiliant. La reconnaissance arrive trop tard. C’est ce que Kerouac dit à demi-mot aux journalistes en mentant sur la genèse de son livre : "Où étiez vous, le jour d ’avril où j’ai fini mon livre ? C’était alors qu’il fallait croiser ma route."

> La page spéciale Cannes 2012

Sur la route
Sur la route © MK2 Distribution

En marge du film

Rouleau original de Sur la route de Jack Kerouac.
Rouleau original de Sur la route de Jack Kerouac. © Christies, New York

Sur la route de Jack Kerouac. L'épopée, de l'écrit à l'écran Une exposition à voir du 16 mai au 19 août au Musée des lettres et manuscrits à Paris

> en savoir +

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.