"Tanguy, le retour" est sorti dans 700 salles en France et a déjà fait 500 000 entrées dès la première semaine. Le film d'Etienne Chatiliez atteindra-t-il les records du premier opus (plus de 4 millions d'entrées) ? Les critiques du "Masque & la Plume" vous déconseillent pourtant le film, "très mauvais" et "pas drôle".

Sabine Azéma et André Dussollier dans "Tanguy, le retour" (en salles le 10 avril)
Sabine Azéma et André Dussollier dans "Tanguy, le retour" (en salles le 10 avril) © SND

"Tanguy 2" résumé par Jérôme Garcin

Dix-sept ans après Tanguy, voici la suite, avec à nouveau Eric Berger dans le rôle-titre et ses parents André Dussollier (qui a désormais des problèmes de prostate) et Sabine Azéma (qui joue au golf avec lui). Ils coulent une retraite pépère quand débarque Tanguy, 44 ans, plus dépressif que jamais. Sa femme chinoise l’a quitté, et il squatte à nouveau l’appartement de papa-maman, mais cette fois avec sa fille de 16 ans, Zhu, qui prépare le bac. 

La suite est sans surprise, bis repetita jusqu’au moment où son ex sonne à la porte et demande à Tanguy de lui pardonner, elle–même bientôt suivie par toute la famille chinoise…

Jean-Marc Lalanne est mitigé

JML : Je trouve pas ça inintéressant. Il se trouve que je n'avais pas vu le premier Tanguy, je ne pouvais pas raccrocher ce film au premier, mais je trouvais intéressant de le rapprocher d'un autre film : Qu'est-ce qu'on a fait au bon dieu. C'est le même fantasme d'envahissement. Ce qui se filme, c'est la peur des babyboomers française de souche qui ont peur d'être envahis - en l'occurrence par la Chine. Sur l'égoïsme des classes privilégiées en France, le début du film a quelque chose de pas inintéressant, même si on sent bien que Chatiliez est totalement solidaire de ces privilégiés et que, lui aussi, tout ce qui vient de l'extérieur lui fait très peur. 

Ça finit par être le problème du film : au fond, il déteste Tanguy autant que ses parents. Et le personnage de Tanguy est complètement raté, c'est une pure fonction de scénario. À partir du moment où Tanguy commence à occuper le premier plan du film, le film devient vraiment très mauvais avec des blagues pas drôles

Et il faut dire que Dussollier et Azéma sont vraiment très très bons et que c'est quand même assez amusant de les voir tous les deux.

Pour Pierre Murat, "tout cela est mauvais au-delà du possible"

PM : Dans les films catastrophes, on attend la catastrophe et on se dit "pourvu qu'elle arrive vite". Le problème, c'est que ça met une demi-heure à démarrer vraiment. 

Ce qu'on attend, c'est que Dussollier et Azéma commencent à échafauder des plans pervers pour se débarrasser de Tanguy. Or pendant 25 mn, le temps qu'il arrive, qu'il pleure… il ne se passe rigoureusement rien, si ce n'est qu'on parle de la prostate de Monsieur, de la gym de Madame…

Au bout de 30 mn à peu près, ça commence quand même. Ils n'ont plus aucune imagination, ils sont vieux et fatigués. Donc forcément, tout cela est mauvais au-delà du possible. C'est du vieux-vieux-vieux cinéma.

Pour Eric Neuhoff, voilà "Encore un film bien inutile"

EN : Encore un film bien inutile, sauf pour le banquier de Chatiliez, ou je ne sais pas… 

C'est quand même très triste de voir ce cynisme, cette paresse je-m-en-foutiste parce que le film n'est ni écrit, ni filmé, ni joué (vous dites que Dussollier et Azéma sont bons - on voit qu'ils ont un peu honte parce que les personnages sont tellement caricaturaux !). C'est affligeant, c'est triste… Ce n'est pas que Chatiliez, ce soit Billy Wilder, mais à ce stade-là !... Et si ça marche, va y avoir le 3 !

Danièle Heymann a été attristée par le film

DH : On aime Sabine Azéma, on aime André Dussollier, on aime bien Eric Berger. 

Quand même, le premier Tanguy : c'est extraordinaire, un film dont le titre devient un nom commun. Là, 16 ans après, les aigreurs de Sabine Azéma sont plus violentes et la prostate d'André Dussollier plus exigeante. Mais effectivement, ce que j'ai éprouvé, c'est une tristesse

Pourquoi avoir fait ce film-là ? Evidemment, pour la promo, tous disent "Oh, quelle régalade !" , "Oh, qu'est-ce qu'on était contents !". Eh bien ça ne se voit pas à l'écran.

Aller plus loin

Sortie en salles le 10 avril 2019

🎧 Écoutez l'ensemble des critiques échangées à propos de ce film sur le plateau du Masque et la Plume... 

7 min

"Tanguy, le retour" d'Etienne Chatiliez : les critiques du "Masque & la Plume"

Chaque dimanche à 20h, retrouvez les critiques du Masque et la Plume, réunis autour de Jérôme Garcin pour parler cinéma, théâtre ou littérature.

À noter que d'autres critiques de films du Masque et la Plume sont à retrouver ici !

Eric Berger, éternel Tanguy chez Chatiliez
Eric Berger, éternel Tanguy chez Chatiliez / SND
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.