un film de Hirokazu Kore-Edaavec Masaharu Fukuyama, Machiko Ono, Yoko Maki et Lily Franky

Ryoata, un architecte obsédé par la réussite professionnelle, forme avec sa jeune épouse et leur fils de 6 ans une famille idéale. Tous ses repères volent en éclats quand la maternité de l’hôpital où est né leur enfant leur apprend que deux nourrissons ont été échangés à la naissance : le garçon qu’il a élevé n’est pas le sien et leur fils biologique a grandi dans un milieu plus modeste...

Hirokazu Kore-Eda
Hirokazu Kore-Eda © Mikiya Takimoto
À partir de quel moment un père devient-il réellement un père ?L’étant moi-même, c’est une question inévitable et sans réponse que je me pose. Quand ma fille est née il y a cinq ans, ma femme est devenue mère de manière instantanée. J’imagine que l’instinct maternel ne se développe pas aussi rapidement chez toutes les femmes, mais en voyant ma femme aussi maternelle avec notre bébé, mon bonheur était légèrement assombri par un sentiment d’exclusion. Mon instinct paternel ne s’était pas encore manifesté. Cinq ans plus tard, il arrive souvent que mes amis me disent que ma fille me ressemble énormément alors que nous nous promenons dans le parc. En comparant les traits de nos visages, comme nos yeux ou notre bouche, je me rends compte que mon ADN a bien laissé une trace sur elle.Est-ce, alors, le fait de partager son sang qui fait d’un homme un père ? Ou bien est-ce le temps qu’un père et son enfant passent ensemble ? Cette acceptation difficile du rôle de père viendrait-elle du fait que je n’ai pas suffisamment passé de temps avec mon enfant ? Est-ce lié au sang ou au temps ? Le sujet de mon film est alors né de ce dilemme personnel.C’était le début de Tel père, tel fils : tous mes dilemmes, mes questionnements et mes regrets même ; c’est la première fois que je déverse ces émotions avec une telle candeur dans un personnage principal.Le film est désormais terminé. Mais pour le protagoniste comme pour moi-même, ces questions demeurent.
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.