Dans Big Eyes Tim Burton s’interroge sur le destin de Margaret Keane, peintre qui a dû rester dans l’ombre de son époux Walter pendant des années.

Celui-ci l’a convaincu de signer lui-même ses toiles, et il est donc devenu célèbre pour des portraits aux grands yeux. Une imposture gigantesque au regard du succès commercial des tableaux qui a duré jusqu’à ce que Margaret arrive à se rebeller contre son mari et s’en séparer. Lors du divorce, la vérité éclate au grand jour, elle peint devant le juge un portrait en quarante-cinq minutes, et la justice lui accorde une forte indemnité pour dommage et intérêts. Mais ce n’est que des années plus tard qu’elle aura à nouveau le droit de signer en son nom.

Pour son interprétation de l’artiste, qu’elle a rencontré, Amy Adams a d'ailleurs remporté le Golden Globe 2015 de la meilleure actrice.

Le film sort en salles le 18 mars.

A l’occasion de la sortie de Big Eyes , BANDE A PART, magazine de cinéma, s’interroge sur le regard chez Tim Burton, depuis Ed Wood jusqu’à Big Eyes .

Sans préjuger du regard qu'il fera à Dumbo, dont on sait maintenant qu'il proposera une nouvelle adaptation.

Passez en plein écran et explorez

Un dossier réalisé parBANDE A PART, magazine de cinémaà télécharger sur vos smart phones et tablettes.

Dans le numéro de mars, Bande à Part vous fait vivre autrement les chroniques de Rebecca Manzoni sur France Inter, (ce mois-ci sur les James Bond Girl), raconte tout sur le dernier film de Jérôme Bonnell , écoute Alain Chabat et traque les souliers dans les films cultes, entre autres.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.