Pour sa 3e édition à Paris, le festival des « Révoltés de l’histoire » choisit des « Femmes de la liberté » aux parcours exceptionnels. D’'une soirée à l’autre, les combats dialoguent et se répondent, entre Afrique, Europe, Caraïbe et Amériques. Si Angela Davis développe un argumentaire autant philosophique que politique, Nina Simone prend la musique comme arme, Maryse Condé impose son verbe, et Gerty Archimède convainc l’'Assemblée Nationale. Les propos de ces femmes ont traversé le siècle passé, et nous projettent dans le prochain. Ainsi, les chants de Jenny Alpha, Noire martiniquaise qui a conquis Paris dans les années 1950, font écho aux textes révolutionnaires d’'Emel Mathlouthi, jeune chanteuse tunisienne.Dans l’'esprit d’Aimé Césaire, ce cycle de projections-débats invite le plus grand nombre à découvrir, à s’'émouvoir, à dialoguer et à proposer. La lutte pour la liberté et l'’équilibre social se pense et se construit chaque jour. Et ces femmes, tenaces et libres, sont sources d’inspiration, et nous invitent à l’'action.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.