Assez! Les producteurs et distributeurs de cinéma méritent une bonne paire de gifles. Certes, ce n'est pas nouveau, mais plus que jamais, ils vendent les films comme des déodorants ou des voitures. De quoi couper net l'envie de payer son ticket de cinéma. Lavage de cerveau général. On nous bombarde de bandes annonces au cinéma qui résument le propos. Les acteurs ne sont plus que chair à canon. Boum, chez Ruquier, boum chez Ardisson, boum chez Fogiel! Combien de fois a-t-on vu le pauvre Romain Duris répéter que jouer avec Binoche, c'est jouer avec un Stradivarius? A vous dégoûter de "Paris" et de Paris. Ne parlons pas de "Bienvenue chez les ch'ti" dont la promotion à coups de blagues quasi racistes à force d'être répétées finit, c'est un comble, par filer la nausée. Dommage! Le film est très drôle, bien que parfois lourd et cliché, et le regard tendre et intelligent de Danyboon sur sa région d'origine mérite une sortie du samedi soir. Bref, pourquoi ne pas se faire rare quand on promeut un film, choisir les émissions et ainsi ne pas tuer l'envie? Pour employer un vocable sarkozyste, ce serait tout aussi "rentable".

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.