Un film de et avec Valeria Bruni Tedeschiavec Louis Garrel, Filippo Timi, Marisa Borini, Xavier Beauvois, Céline Sallette, André Wills, Marie Rivière et Pippo Delbono

Louise rencontre Nathan, ses rêves ressurgissent.C’est aussi l’histoire de son frère malade et de leur mère, d’un destin: celui d’une grande famille de la bourgeoisie industrielle italienne.L’histoire d’une famille qui se désagrège, d’un monde qui se termine et d’un amour qui commence.

Cette histoire, c’est aussi la version cinématographique de la propre vie de Valeria Bruni-Tedeschi. Ses précédentes réalisations "Il est plus facile pour un chameau..". et "Actrices", se racontaient déjà par le prisme de l’autofiction. ici, une nouvelle fois elle part de sa réalité comme inspiration en traitant l’épisode marquant de la mort de son frère.Invitée de Frédéric Mitterrand, Valeria Bruni-Tedeschi évoque le travail sur le scénario de cette histoire

"C’est autant une histoire de famille qu’une histoire d’amour" explique la réalisatrice, "L’histoire d’amour a eu beaucoup de mal à faire le poids au début. Je pense qu’il est plus facile, en général, d’écrire une histoire de famille qu’une histoire d’amour. Et il y avait quelque chose de particulier et d’attirant dans cette famille, quelque chose d’immédiatement romanesque. On a donc dû beaucoup travailler l’histoire d’amour pour qu’elle fasse le poids, pour qu’elle soit aussi puissante que l’histoire de Louise avec sa famille. Pour cela, l’intervention de l’acteur Louis Garrel, à qui j’ai proposé et qui a joué le rôle de Nathan, a été déterminante. Il trouvait, à raison, que l’histoire d’amour était jolie mais fade à côté de l’histoire de famille. Avec Noémie et Agnès (Lvovsky et Agnès de Sacy, les co-scénaristes) on a décidé alors de tout remettre à plat. On a recréé et réinventé le monde de Nathan, son univers, repensé à son métier. On a trouvé le personnage de Nathan, je crois, le jour où on a compris que c’était un acteur qui voulait arrêter de faire ce métier. J’aimais cette idée."

"C’est un couple pas tout à fait conventionnel" poursuit-elle "par leur différence d’âge, par leur différence de classe sociale, par ce qui les obsède. C’est un couple un peu bizarre disons. Leurs problèmes ne sont peut-être pas ceux de la majorité des gens. Elle veut un enfant alors qu’elle n’a plus vraiment l’âge, il remet en question son métier alors qu’il travaille bien. Mais la force de leur histoire réside, je crois, dans quelque chose de plus universel: ils sont comme deux personnes qui vont se noyer et qui s’agrippent l’une à l’autre pour se sauver. Et, mystérieusement, ils y arrivent."

Valeria Bruni-Tedeschi a confié le rôle de la mère à sa propre mère

"Ma mère, j’étais sûre depuis le début qu’elle devait faire ce film. D’ailleurs, je l’ai énormément sollicitée. Elle est beaucoup venue aux essais, pour le choix du frère notamment.Elle venait sur le plateau même quand elle ne jouait pas. Elle a assisté à toutes les étapes du montage, qui a duré huit mois. Elle nous a donné des idées de musiques. Elle a dû voir vingt versions différentes du fi lm. Elle a participé au travail tout le temps. Quand elle a lu le scénario, elle a dit : « ça va être très dur, mais je ne veux pas que quelqu’un d’autre le fasse, je ne veux pas que quelqu’un d’autre aille au cimetière de famille, je ne veux pas que quelqu’un d’autre parle de ça. C’est à moi d’en parler. »"

Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéoFace au film du 18/10/2013 - Un Château en Italie

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.