"Have a nice day", film noir d'animation chinois, n'a pu être diffusé au festival d'Annecy en juin dernier, faute d'accord des autorités chinoises. Mais il est projeté au Forum des images à Paris au Carrefour du cinéma d'animation. L'occasion de revenir sur l'histoire d'un film qui dérange.

Le réalisateur chinois Liu Jian présente son film Have a Nice Day à la  67ème Berlinale en février 2017
Le réalisateur chinois Liu Jian présente son film Have a Nice Day à la 67ème Berlinale en février 2017 © AFP / Axel Schmidt

Have a Nice Day, censuré par la Chine à Annecy, a été conçu en dehors du système. Le film d'animation raconte les maux et la violence de la société chinoise contemporaine à travers un graphisme brut, de l'humour noir et un rythme effréné.  Ce polar est produit, réalisé, écrit, dessiné et animé par le cinéaste indépendant Liu Jian.

► REGARDER | La bande-annonce de Have a nice day

Critique de la société chinoise contemporaine

Dans une petite ville chinoise noyée dans la corruption, un chauffeur dérobe de l’argent à son patron pour améliorer l'opération esthétique ratée de sa femme. Il est alors poursuivi par des tueurs. Argent, consumérisme, culte du corps...

Jian Liu, qui avait présenté au Forum des images son premier long métrage Piercing I, revient avec un film controversé sur la société chinoise, d'où son blocage par les autorités chinoises lors du Festival d'Annecy. Les représentants du Festival, regrettant des "pressions officielles", écrivaient en mai dernier dans un communiqué :

Nous sommes dans l'obligation de retirer de notre programmation, suite à une décision qui nous est imposée, le long-métrage Have a Nice Day de Jian Liu, que nous avions retenu pour figurer en compétition lors d'Annecy 2017.

► ECOUTER | En savoir plus sur le film avec Corinne Pélissier, chef du service culture de France Inter

53 sec

Les détails du film avec Corinne Pélissier

Par Corinne Pélissier

Un réalisateur qui déplait aux autorités ? 

Le cinéaste semble être la cible du pouvoir chinois, qui a refusé également de voir rediffusé à Annecy cette année son premier film Piercing I,  pourtant déjà projeté à Annecy en 2010. La Chine jugerait son contenu " inapproprié".

Pourtant, la Berlinale, le festival allemand a pu diffuser Have a nice day cette année.  C'est à n'y rien comprendre.

Les Chinois ont officiellement argumenté de l'absence de visa du film en Chine, mais selon le délégué artistique d'Annecy, "c'est flou".

Finalement, c'est lorsque l'une des deux sociétés de production du film a demandé, elle aussi, le retrait que le Festival d'Annecy a abdiqué.

Selon Marcel Jean, le délégué artistique du Festival d'Annecy, Have a Nice Day avait des chances de remporter un prix car il reflète bien la diversité de la production chinoise.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.