Yvan Attal adapte le roman posthume de John Fante dans lequel il incarne Henri, qui fait subir son manque d'inspiration et sa crise de la cinquantaine à sa famille. Seul un énorme chien fait son bonheur. Découvrez les avis (mitigés) des critiques du "Masque et la Plume" réunis autour de Jérôme Garcin.

"Mon chien Stupide" : Yvan Attal
"Mon chien Stupide" : Yvan Attal © StudioCanal

Le film présenté par Jérôme Garcin 

Avec, à la ville comme à l’écran, le couple Charlotte Gainsbourg / Yvan Attal, mais aussi Éric Ruf et Pascale Arbillot, d’après le roman de John Fante

Yvan Attal joue un écrivain et scénariste « paresseux, arrogant, égocentrique », selon sa femme, à laquelle il a imposé de vivre à la campagne. Il l’a privée de son boulot et ne s’est jamais occupé de leurs quatre enfants. Et il n’arrive plus à écrire une ligne. En plus, il recueille un énorme chien perdu sans collier, baptisé « Stupide », auquel il sacrifie sa famille. 

On a compris que le réalisateur de Ma Femme est une actrice profite de ce roman de John Fante pour relever la température de son propre couple. 

Sophie Avon est la seule à avoir aimé !

"Je suis contente d'être la seule à défendre le film d'Yvan Attal ! J'aime ce côté incorrect, mauvais goût. Le film s'oriente vers une réflexion sur le passage du temps, vers quelque chose de mélancolique et d'assez douloureux. Je trouve assez réjouissant de voir ce type, joué par Yvan Attal, en pleine crise de la cinquantaine, qui a tout pour lui (une belle maison, une belle famille...), et qui - parce qu'il est en pleine crise - met tout sur le dos de ses enfants, envisage leur départ comme une élimination symbolique, les uns après les autres. 

Ça marche bien ! Ça donne quelque chose de très mélancolique, de très tendre, de très beau ! 

Il se protège par un livre qu'il choisit d'adapter, et il fait un film extrêmement personnel, voire plus personnel que les autres. Le face à face qui se joue entre les deux acteurs à la fin du film, il y a quelque chose de vrai qui se passe ! 

Pierre Murat, enjoué au début, "lénifié" ensuite

"Pendant vingt minutes, on se dit qu'on va voir un film où les enfants peuvent être une plaie, qu'ils peuvent tuer un couple, ça donne un peu d'insolence et de nerf au cinéma ! 

Sauf qu'au bout de quarante minutes, cela retombe comme un soufflé, cela devient mièvre, épouvantable... Alors, la famille, ça redevient bien… avec la mélancolie qui l'accompagne… la nostalgie… "je t'aime, je ne peux pas vivre sans toi"… C'est terrible, terrible, terrible ! 

C'est lénifiant, ça devient niais ! 

Le fameux plan entre les deux à la fin, j'ai envie de dire que c'est le minimum syndical, d'un film sentimental qui aborde une crise conjugale, de filmer les deux visages du couple ! 

"Mon chien stupide" : Yvan Attal et Charlotte Gainsbourg
"Mon chien stupide" : Yvan Attal et Charlotte Gainsbourg / StudioCanal

Pour Éric Neuhoff, "c'est un film inutile qui n'aurait pas dû adapter John Fante"

"On a l'impression de déranger dans ce film. Moi je m'en fous de leur histoire de couple ! 

Qu'ils soient ensemble dans la vie où pas, ce qui compte c'est ce qu'on a sur l'écran. Il faudrait commencer par définitivement interdire l'utilisation de la voix off, ce n'est plus possible… 

Ce n'est pas navrant, mais ce n'est pas un film utile.

Quelle idée d'adapter John Fante, qui est un auteur qui tient uniquement par le style, par l'humour, par les personnage antipathiques. Les clichés sur l'écrivain sont nombreux : le type, l'écrivain qui habite la côte basque, une maison superbe, il roule en Porsche, je me suis dis c'est Frédéric Beigbeder, mais non puisqu'il n'a plus le permis… Et la vision de l’édition parisienne… le fait qu'il aille voir son éditrice alors que cela fait vingt-cinq ans qu'il n'a rien foutu, il a touché un à-valoir faramineux… et elle qui lui dit "prends ton temps, prends ton temps", elle vit dans un bureau qui ressemble à Versailles, biaisé par rapport à la réalité. 

Il y a des scènes ratées… notamment sur la plage avec le joggeur qui se fait agresser par le chien, ce n'est pas terrible.

Non… il vaut mieux relire John Fante ou aller engueuler, à son cimetière, Claude Berri qui a donné le livre à Yvan Attal…

"Mon chien stupide" : Yvan Attal et Charlotte Gainsbourg
"Mon chien stupide" : Yvan Attal et Charlotte Gainsbourg / StudioCanal

Pour Nicolas Schaller, l'adaptation n'est pas à la hauteur du livre

"Le problème c'est qu'on avait vu qu'Yvan Attal était un bon faiseur car Le Brio était vraiment réussi. Là il veut toujours ramener cela à son couple… et ce qu'il raconte sur son couple n'est pas assez personnel, profond, cela ne va suffisamment loin, c'est assez superficiel, on finit par ne pas avoir grand chose à faire et c'est dommage. Le livre de John Fante avait une acidité, une aigreur qui faisait alors ressortir l'humanité du personnage. Alors que là, il reste toujours à la surface, avec quelques moments de complicité improvisés.

Il y a quelque chose qui se joue avec une forme de vérité qui naît mais sinon, j'ai l'impression de voir Yvan Attal faire la pub pour "Maisons du Monde" avec tous ces intérieurs bien rangés où rien ne manque. 

Surtout, à la fin, il trahit le livre de John Fante pour sauver son personnage de manière très déplacée.

Le film

► Sortie en salle le 30 octobre 2019

🎧 Écoutez l'ensemble des critiques échangées à propos de ce film sur le plateau du Masque et la Plume :

7 min

"Mon chien stupide" d'Yvan Attal : les critiques du Masque et la Plume

Chaque dimanche à 20h, retrouvez les critiques du Masque et la Plume, réunis autour de Jérôme Garcin, pour parler cinéma, théâtre ou littérature.

Toutes les autres critiques de films du Masque et la Plume sont à retrouver ici

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.