Focus sur Victoria, la comédie de Justine Triet autour d'une femme au bord de la crise jouée par l'épatante Virginie Efira...

Détail affiche de Victoria
Détail affiche de Victoria © Justine Triet

Victoria de Justine Triet, à qui l'on doit La Bataille de Solferino, a fait l’ouverture de la Semaine de la critique à Cannes. C’est la chronique d’une femme au bord de la crise de nerfs, avec une Virginie Efira vraiment épatante. C’est l’histoire d’une avocate fiscaliste, mère célibataire en panne sentimentale, qui retrouve à l’occasion d’un mariage son ami Vincent et un ancien dealer Sam, joué par Vincent Lacoste, qu’elle a sorti d’affaire quelques années auparavant.

Le problème, c’est que le lendemain, Vincent est accusé de tentative de meurtre et de viol par sa compagne. Et Victoria va donc le défendre, tout en embauchant Sam comme baby-sitter. C’est une comédie burlesque. Parmi les comédiens il faut citer l’excellent Laurent Poitrenaud. Un film qui pousse jusqu’à l’absurde, une logique qui n’en est pas une au point de convoquer au tribunal un dalmatien et un singe en qualité de témoins.

Avec les critiques Sophie Avon (Sud-Ouest), Alain Riou (L’Obs), Xavier Leherpeur (7ème Obsession), Eric Neuhoff (Figaro) et Jérôme Garcin (L'Obs et France Inter)

Alain Riou : C’est très amusant, mais un peu narcissique

Il y a des choses très très bien dans le film. J’ai bien aimé, notamment les paradoxes, et il y en a environ un par plan. J’ai bien aimé le singe au tribunal. Il y a des surprises sans arrêt, c’est très amusant. Si j’avais une réserve, mais je ne sais pas si j’ai raison, je le trouve un peu narcissique. Ça manque un peu d’universalité alors que ça pourrait en avoir.

Eric Neuhoff : «C’est la rencontre entre une petite culotte et un dalmatien, mais on s’y perd un peu

C’est la rencontre entre une petite culotte et un dalmatien. Il faut le faire ! Virginie Efira est en train de devenir l’actrice française qui peut faire. Elle sait jouer des comédies ou des films dramatiques, elle occupe l’écran, elle est assez belle, elle « bouffe » ses partenaires. Melvil Poupaud joue un type phallo comme d’habitude. Vincent Lacoste est parfait en ex-dealeur reconverti en baby-sitter. Justine Triet avait déjà réalisé La bataille de Solférino dans lequel, il y avait aussi plein de promesses…. C’est plus trépidant ici, on voit qu’elle n’a pas tardé à apprendre les ficelles des téléfilms français comiques. C’est ça que je regrette un petit peu. On s’y perd un petit peu. Elle a vraiment un problème de baby-sitter vu que tous ses films en parlent !

Sophie Avon : beaucoup de subtilités dans le film qui repose sur un personnage très juste

J’ai parlé d’un personnage à la Howard Hawks parce que j’adore ce film. Il est beau. D’une certaine façon, c’est la suite de La bataille de Solférino parce que ces petites gamines qui ont l’air d’être les passagères clandestines d’un naufrage qui serait celui des parents. Il y a beaucoup de subtilités dans le film parce que ça repose sur un personnage très juste, sur un personnage très bien construit. Dans ce genre de comédie, les personnages sont un peu flous. Elle, elle est hyper rationnelle, elle analyse tout. Elle ne va pas bien, elle est en pleine débâcle, mais elle n’a de cesse d’essayer d’aller mieux. Et ça, c’est génial. Elle va voir le psy, un acupuncteur. Tout ça pour essayer d’aller mieux, et d’aller mieux de manière rationnelle. Mais elle est sans arrêt rattrapée par son chaos. L’humour et l’efficacité de la comédie naît justement de cette opposition entre cette femme qui essaye d’être normale et le monde qui la rattrape. Parce qu’en effet ce procès où l’on convoque cette guenon et ce dalmatien… En plus Virginie Efira est vraiment très très bonne. Et Vincent Lacoste qui trimbale quelque chose de cool et de désinvolte, là, il a une capacité à être grave dans l’amour que j’ai trouvé très très belle.

Xavier Leherpeur : Virgina Efira est formidable, mais le film n’est pas bon

C’est un film qui me réjouit et me déçoit totalement. Il me plait parce que j’adore Virginie Efira depuis le début, dès qu’elle a arrêté "La nouvelle star". Elle avait produit une série où elle jouait son propre rôle : elle jouait Virginie Efira qui essayait de s’en sortir après « la casserole » de La nouvelle Star, et de faire le métier qu’elle avait envie de faire : comédienne. Mais on la renvoyait toujours à son rôle de présentatrice de cette émission. Elle a exorcisé tout ça. Elle a eu tout de suite cette lucidité, cet humour, cette sorte d’auto parodie. Elle est formidable, mais ça fait dix ans qu’on le sait. Cette comédienne joue avec un corps qui existe, qui est séduisant. Mais le film n’est pas bon !

Justine rentre tout le temps dans le film, elle veut mettre de l’absurde, de l’insolite, de l’insolent, mais elle ne va pas jusqu’au bout. Elle laisse les choses en friche, on a l’impression d’un film qui se "reboote" constamment. Elle veut donner du rythme, mais c’est du rythme qui cahote : "ah tiens je vais mettre un chien dans une cour d’assise...", mais il faut en faire quelque chose de tout ça ! Le meurtre dont serait éventuellement coupable Melvil Poupaud, elle ne sait pas l’écrire. On voit Justine Triet partout par personnages interposés, par trouvailles scénaristiques… Mais au bout du compte, il ne se passe rien. C’est une succession d’idées théoriques qui ne sont jamais incarnées ni par la mise en scène, ni par la direction d’acteurs.

Écoutez l'extrait de l'émission :

►►► Écoutez Le Masque et la plume

La bande annonce de Victoria :

Les autres films :

  • Ben Hur, Timur Bekmambetov
  • Eternité, Tran Anh Hung
  • Frantz, François Ozon
  • Voir du pays, Delphine et Muriel Coulin
  • Where to Invade Next, Michael Moore

►►►Aller + loin :

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.