Le cinéma, c'est génial
Le cinéma, c'est génial © John LundBlend Images / Corbis

Wes Anderson, Sofia Coppola, Alfred Hitchcock, Jean Cocteau… Un site propose de (re)découvrir 700 films rares gratuitement : des classiques du cinéma aux films noirs, sans oublier les séries "z", comédies et perles rares (comme le tout premier Tarantino).

On doit cette belle initiative à OpenCulture, un site américain qui s’est donné pour mission depuis quelques années de rendre la culture disponible à tous sur le web. On y trouve plusieurs films incontournables dans des genre cinématographiques très divers : "M le Maudit" de Fritz Lang (1931), film-clef du cinéma expressionniste allemand des années 1930... mais aussi “The Night of the Living Dead” de George A. Romero (1968), LE film de zombies par excellence, ou encore la rencontre entre Jean-Luc Godard et Woody Allen...

Où l'on peut observer les premiers pas de ceux qui sont aujourd'hui devenus des réalisateurs stars

OpenCulture a retrouvé dans l’océan du web quelques films exceptionnels pour les amateurs de cinéma, comme par exemple les premiers pas à la réalisation de grands auteurs aujourd’hui internationalement reconnus : le tout premier film de Quentin Tarantino (“My Bestfriend’s Birthday”, 1987) dont il ne reste aujourd’hui que la première moitié, l'autre ayant disparu dans un incendie. Mais ces 40 premières minutes suffisent pour voir apparaître les éléments fondamentaux de son univers, entre références à Elvis Presley, bataille de kung-fu, comtesse asiatique et un goût certain pour les expressions colorées comme "fucking bastard".

Autres merveilles à découvrir : les premiers films de David Lynch (“Six Men Getting Sick (Six Times)”, 1966) et Sofia Coppola (“Lick the Star”, 1998) ; et le premier court métrage de Wes Anderson (“Bottle Rocket”, 1992).

Où l'on peut voir le cinéma s'interroger sur le cinéma

Parfois, les réalisteurs se rencontrent pour parler cinéma lui-même… Assez logiquement, certains d'entre eux le filment. Jean-Luc Godard nous propose de voir sa rencontre avec Fritz Lang (“Le dinosaure et le bébé”, 1967) ainsi qu’avec Woody Allen (“Meetin’ WA”, 1986).

En 1982,Wim Wenders interroge ses pairs sur le futur du cinéma entre deux séances de projection à Cannes (“Room 666”, 1982). Extrait vidéo ci-dessous avec Werner Herzog , “le réalisateur de l’impossible”, célèbre pour ses tournages chaotiques et un peu fous :

Où l'on peut revoir les fondamentaux

... en terme de prises de vue, on re regarde les réalisateurs expressionistes allemands : “Metropolis” (1927) de Fritz Lang est un chef-d’oeuvre qui, par ses décors et ses prises de vues, a beaucoup influencé les générations suivantes.

... pour l'audace au montage, on se replonge dans “The Blood of a Poet” (1930) réalisé par le poète Jean Cocteau , film onirique que l’auteur prétend avoir fait dans une sorte de demi-sommeil “à travers laquel [il aurait] erré comme dans un labyrinthe”… (L'auteur, connu pour son goût pour l'opium, aurait cependant réalisé ce film dans une période de sevrage). Dans la même veine narcoleptique, Salvador Dali a réalisé "Impression de la Haute Mongolie" (1976), une fiction surréaliste n'ayant avec le titre qu'un rapport vague, où les héros sont en quête d'un champignon hallucinogène géant.

... pour voir les cuisses nues de Marlène Dietrich dans “The Blue Angel” (1930) de Josef Von Sternberg - les mauvaises langues prétendent même qu'elles lui auraient permis de voler la vedette à l'acteur oscarisé Emil Jannings. Quoiqu'il en soit, ce film lance la carière de l'actrice.

Affiche de "Freaks" de Tod Browning
Affiche de "Freaks" de Tod Browning © MGM

... pour le malaise qu'instaure “Freaks” chez le spectateur (Tod Browning , 1932) en le plaçant en tant que voyeur frustré d'une galerie de monstres de foire et en le faisant s'interroger si, entre celui qui regarde et celui qui parade, le monstre n'est peut être pas celui qu'on croit. Ce film choqua l’Amérique à sa sortie, au point d'être refusé dans plusieurs salles.

... parce que c'est un maître du cinéma incontournable, catégorie suspens, on regarde “The 39 steps” d’Alfred Hitchcock (1935). A noter qu’OpenCulture propose aussi aux fans de regarder gratuitement 22 autres films du génie britannique ici.

... pour se détendre avec un maître des dialogues : “Meet John Doe”, une comédie de Frank Capra (1941) avec Cary Grant.

... parce qu'il n'y a pas que les films de catégorie "a" ou même "b" mais aussi les séries "z" (les films sans budget et /ou de mauvaise qualité) : "Plan 9 from Outer Space” (1959) d’Ed Wood cumule erreurs techniques, effets spéciaux amateurs et utilisation abusive d'images d'archives - et c'est ce qui l'a rendu culte aujourd'hui.

... parce qu'il y a aussi les comédies romantiques, dans la vie : "Charade" (1963) par Stonley Donen avec Audrey Hepburn et Cary Grant.

Affiche de "Charade" de Stanley Donen
Affiche de "Charade" de Stanley Donen © DR

NOTE : Attention, la plupart des films sont proposés dans leur version originale. Si certains sont en français, la plupart sont en anglais... Il est également à noter qu'OpenCulture ne fait que répertorier et filtrer ce que le web offre en matière de cinéma, de ce fait quelques liens sont malheureusement aujourd’hui cassés.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.