Vite, vite, vite un petit post (comme on dit un petit café !) pour réagir à une actualité qui sans être brûlante nous occupait hier ici même ! La lecture du « Point » de cette semaine donne un prolongement particulièrement émouvant à la question de la rémunération des acteurs de cinéma. Pour le seul « Coco », Gad Elmaleh va percevoir le plus gros cachet de l’histoire du cinéma français : 1 330 890 €. À quoi va s’ajouter la peccadille de 351 000 € comme coscénariste du film (ce qui soit dit en passant est bien payé pour un scénario qui repose sur des blagues Carambar recyclées) ! Et un pourboire comme réalisateur : 180 000 € (ce qui soit dit en repassant est très bien payé pour un film aussi mal réalisé !). Il a donc d’ores et déjà touché à ce jour 1 861 890 €. Et comme l’impudent est également coproducteur du film, il peut s’attendre désormais à de belles rentrées financières supplémentaires. Question n°1 : combien de loges comparables à celle de Denis Podalydès, Gad Elamaleh va-t-il pouvoir s’acheter avec ce que « Coco » lui aura rapporté, sachant qu’il pourra ensuite les louer à des acteurs touchés de plein fouet par l’effet « Vitiligo » qu’il a lui-même largement contribué à faire naître et prospérer ?Question n°2 : qui a récemment déclaré au micro d’Europe n°1 qu’il est totalement favorable au bouclier fiscal mis en place par le pouvoir actuel ? Non ce n’est pas Denis Podalydès. Je vous donne un indice : initiales G.D. Post-scriptum : Ma récente promesse de ne plus jamais vous parler de « Coco » concernait le film proprement dit. En revanche, je souhaite vous tenir au courant de ce qui pourrait bien être le film « bling-bling » par excellence. On le tient, je crois !La phrase de l’après-midi ? « Toutes les filles le dimancheS’en vont pour flâner au bord de l’eauElles se gardent les mains blanchesPour attirer les matelotsLe plus souvent marins d’eau douceRencontrés sous les peupliersOn voit qu’ils ne sont plus des moussesComme ils dénouent les tabliers »Aragon, « Le Roman inachevé »

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.