The Voices
The Voices © Le Pacte

Dans "The Voices", Marjane Satrapi transforme l'histoire tragique d'un jeune employé en comédie gore. Si le film est sans suspens il n'est pas sans fantaisie ni savoir-faire. Après Persépolis, Poulet aux prunes etLa bande des Jotas , pour ce nouveau film, elle a fait appel au très charmeur Ryan Reynolds, dans le rôle principal, Gemma Arterton et Anna Kendrick.

Marjane Satrapi rédac'chef d'un jour sur franceinter.fr >

La critique de Laurence Peuron

Marjane Satrapi n'est jamais où on l'attend et The Voices va sans doute désarçonner pas mal de ses fidèles, notamment ceux qui attendaient le 3ème volet de ses tribulations iraniennes, qu'elle avait un peu promis, il faut bien le dire. Mais c'était il y a un siècle en temps de Satrapi . "Plutôt se couper un bras " (en interview c'est un vrai poulpe à voir le nombre de bras qu'elle se coupe...) dit-elle que de céder au confort, qu'il soit moral, politique ou artistique. Là elle reprend une clope et poursuit : "moi j'aime l'inconnu, l'incertain, les propositions pas conventionnelles ".

Retrouvez Marjane Satrapi dans son atelier >

Étrangement c'est d'Hollywood qu'est venu ce projet totalement hirsute : l'histoire d'un serial killer à son corps défendant. Un jeune homme très gendre idéal encore puceau qui, mu par des pulsions qu'il ne maîtrise pas découpe ses amoureuses en morceaux. Le bel innocent est encouragé par un chat démoniaque qui lui dicte ses actes à la manière d'une mère hitchcockienne, castratrice cela va sans dire. Le genre de personnage qu'affectionne particulièrement Satrapi qui signe là une œuvre particulièrement en terme de gore. On ne fait pas un film de genre sans se tâcher les mains et elle y va gaillardement.

Esthétiquement, il y a du Gondry et du Buñuel dans cette manière de soigner des décors qui deviennent monstrueux à force de banalité. De convoquer des comédiens au physique de Ken et Barbie pour en faire des horreurs. Marjane Satrapi, pour ne pas se couper les bras, fait voler dans The Voices des têtes à la toc et surgir aussi dans le paysage une cinéaste qu'on ne soupçonnait pas si audacieuse.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.