« Cinéastes en correspondance », la série engagée par le Centre Pompidou qui a déjà réuni Abbas Kiarostami et Victor Erice, Jonas Mekas et José Luis Guerin, Albert Serra et Lisandro Alonso, présente aujourd’hui la correspondance filmée entre le cinéaste chinois Wang Bing et Jaime Rosales, cinéaste espagnol à l’œuvre de fiction engagée, composée à ce jour de quatre longs métrages, dont Rêve et silence , présenté au Festival de Cannes, en 2012. Le Centre Pompidou invite parallèlement Wang Bing à présenter, au Forum -1, trois vidéos : Crude Oil , inédite en France, ainsi que Traces et Père et fils , ainsi que, pour la 1ère fois dans le monde, son travail photographique, sous forme de trois séries. Photographe de formation, Wang Bing s’est imposé dès son premier film, le documentaire fleuve À l’ouest des rails , en 2004, comme un auteur majeur du cinéma contemporain. Sa démarche radicale et son regard fixé en permanence sur les destins humains documentent de films en films l’histoire et la mémoire de la Chine d’aujourd’hui. Des mineurs aux rescapés des camps de travail dans > Fenming chronique d’une femme chinoise en 2007 et Le Fossé en 2010 ; des paysans des hautes montagnes dans Les Trois soeurs du Yunnan (en salles le 16 avril 2014), aux aliénés d’un hôpital psychiatrique dans Til Madness Do Us Part , le cinéaste chinois interroge sans relâche les vies dans le chaos de la modernité de son pays. Wang Bing et Jaime Rosales se retrouvent face au public, dans un moment de complicité aussi profond et singulier que le talent des deux cinéastes.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.