Palmé pour "Paris, Texas", puis de nombreuses fois récompensé, Wim Wenders est dans son jardin à Cannes. Il y présente cette année un documentaire consacré au Pape François.

Wim Wenders
Wim Wenders © AFP

Wim Wenders ! A-t-on encore besoin de présenter le cinéaste, représentant du cinéma allemand des années 70 ? Il fait partie de la filmographie de base à voir pour tout étudiant en cinéma ou pour tout cinéphile qui se respecte. Avez-vous vu Les Ailes du Désir ? Chambre 666 ? Tokyo Ga ? Ou encore Paris, Texas

Il entretient, avec le Festival de Cannes une longue histoire d'amour, fait de Grands Prix du Jury (Si loin, si proche, 1993), de prix de la mise en scène (Les Ailes du désir, 1987) ou même de Palme d'or (Paris, Texas, 1984). Il a comme tout habitué du Festival, présidé le Jury en 1989, mais également participé à l'entreprise de Gilles Jacob, président du Festival, Chacun son cinéma, ode et déclaration d'amour faites au septième art par 34 cinéastes. 

► (RÉ)ÉCOUTER | Boomerang : Passage à l'heure Wenders

"Le Pape François, un homme de parole" par Wim Wenders

Il revient cette année avec le film Le Pape François, un homme de parole, présenté en Séances spéciales. Le film est une rencontre entre le cinéaste et le Pape François, une rencontre de l'homme, mais aussi des idées, car plus qu'une biographie de Sa Sainteté, Wim Wenders a voulu plonger dans l'univers du Pape François, en détaillant notamment ses messages, ses réformes ses engagements et le dialogue qu'il a engagé avec les catholiques, mais aussi avec les athées. Une fascination se développe pendant le documentaire, où le cinéaste décortique le personnage pour mieux l'appréhender et connaitre son univers. 

Wim Wenders, un artiste avant tout

Cinéaste mais également photographe, Wim Wenders est fasciné par l'art en général. Il a réalisé plusieurs films en s'attachant à la photographie, Le sel de la terre présenté (et récompensé par une Mention spéciale du jury œcuménique et une Mention spéciale du Prix François-Chalais) à "Un certain regard" en 2014 sur le travail du photographe, Sebastião Salgado, à la musique, Buena Vista Social Club, sorti en 1999 et présentant le projet musical (et l'album à succès sorti en 1996) de Nick Gold et du guitariste américain Ry Cooder, avec des musiciens cubains, ou à la danse avec Pina sorti en 2011, présenté comme un film-hommage à la chorégraphe Pina Bausch et tourné en 3 dimensions. 

Ecoutez la webradio du cinéma

Podcast

Abonnez-vous au fil de podcast "Spécial Cannes", via le lien RSS ou sur Itunes

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.