Clotilde Hesme croise les gants avec Sylvester Stallone. C'est au 104, à Paris, dans le cadre du Festival d'automne, puis en tournée en France. Une adaptation de la nouvelle d'Emmanuèle Berhnheim publiée en 2001 dans Le Monde.

Pascal Sangla et Clotilde Hesme
Pascal Sangla et Clotilde Hesme © Huma Rosentalski

Emmanuèle Berhnheim, scénariste et romancière, avait imaginé le destin d'une jeune femme dont les instants de sa vie sont rythmés par les sortis des films de la star américaine, Sylvester Stallone. La lecture de ce texte a provoqué un choc chez la comédienne Clotilde Hesme. Pour les spectateurs qui ne la connaissaient pas, ce sera aussi le cas. 

C’est une magnifique histoire sur le destin d’une femme libre, qui se joue au 104 à Paris dans le cadre du Festival d'automne et qui sera ensuite en tournée en France. Une ode à la vie totalement bouleversante, où Stallone, star vintage et populaire, devient le ciment de la construction d’une vie. 

Ainsi, Lise est assistante médicale et décide de reprendre ses études de médecine après avoir vu Rocky III au cinéma. La personnalité de Stallone provoque en elle un déclic. Elle reprend le chemin de la fac, s’inscrit dans une salle de boxe, rencontre l’homme qui deviendra son mari et pendant ses grossesses ne manque aucun film de Stallone.

Un cadrage quasi "cinématographique"

"Elle ne doit son émancipation qu'à elle même et sa découverte de Stallone. Elle s'identifie à lui. Elle se créée une vie parallèle. C'est un magnifique récit sur le bonheur et sur le désir. C'est une pièce sur la liberté. On a qu'une vie, il faut en profiter" souligne Clotilde Hesme. 

Il n’y a pas de ring sur scène, juste un rectangle blanc dessiné au sol. Un micro sur pied pour Clotilde Hesme. À ses côtés, le musicien Pascal Sangla lui donne la réplique, et compose la musique en direct. Fabien Gorgeart et Clotilde Hesme utilisent la lumière tel un cadrage cinématographique. À chaque épisode de la vie de Liz, des plus joyeux, aux plus dramatiques, correspond une ambiance. 

Stallone est un spectacle d'une beauté incroyable. Dans la mise en scène imaginée avec Fabien Gorgeart, Clotilde Hesme est très proche du public. On sent sa respiration, on voit ses yeux scintiller, ses larmes couler. C'est le spectacle le plus remuant de cette rentrée.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.