À l'heure où la vie reprend dans les lieux publics, tour du monde du déconfinement. L'Italie va rouvrir ses sites archéologiques, la plupart de ses innombrables musées à partir de début juin. Mais certains palais privés ont déjà ouvert leurs portes comme le Palazzo Colonna, situé à quelques mètres de la Piazza Venezia.

La colonne de la famille Colonna, son emblème et son blason, trône dans le palais qui vient de rouvrir au public.
La colonne de la famille Colonna, son emblème et son blason, trône dans le palais qui vient de rouvrir au public. © Radio France / Bruce de Galzain

Le Palazzo Colonna est un splendide palais privé qui appartient à l'une des plus anciennes et illustres familles de Rome : la famille Colonna. Il est encore habité par la 31e génération de Colonna, mais une partie de ses superbes galerie et collections se visite le samedi matin, uniquement ou sur rendez-vous. 

1. Mesures de sécurité appliquées à la lettre

À l'entrée du palais, toutes les mesures sanitaires et de sécurité sont bien sûr respectées : prise de température, distance d'un mètre entre les visiteurs et gel hydroalcoolique à disposition pour se désinfecter les mains. Les visiteurs sont aussi incités à réserver leur entrée avant de se présenter.  

A l'entrés du palais, les agents de la protection civile prennent la température des visiteurs. Interdiction d'entrée s'il on a plus de 37,5°
A l'entrés du palais, les agents de la protection civile prennent la température des visiteurs. Interdiction d'entrée s'il on a plus de 37,5° © Radio France / Bruce de Galzain

2. Pas de visite guidée mais des distances respectées

Lorsque l'on pénètre à l'intérieur, l'impression de grandeur est palpable. La beauté du lieu est saisissante. Pour Patrizia Piergiovanni, la conservatrice du palais, le temps devenait long : "Nous sommes tellement heureux... Moi qui travaille pour le Prince Colonna depuis plus de 20 ans, je percevais bien sa mélancolie en voyant le musée fermé. Mais il ne s'agit pas d'une opération commerciale. Par rapport aux autres palais - au-delà de la beauté intrinsèque - nous avons le privilège d'avoir une telle superficie que nous pouvons respecter les mesures de distanciation..."

Patrizia Piergiovanni, la conservatrice du Palazzo Colonna devant le pape Martin V, Oddone Colonna, qui réinstalle le Saint-Siège à Rome après Avignon en 1417.
Patrizia Piergiovanni, la conservatrice du Palazzo Colonna devant le pape Martin V, Oddone Colonna, qui réinstalle le Saint-Siège à Rome après Avignon en 1417. © Radio France / Bruce de Galzain

3. L'espoir d'un tourisme plus culturel 

La famille Colonna a donné à l'Italie nombre de figures politiques, militaires et ecclésiastiques comme le pape Martin V, Oddone Colonna, qui en 1417 lorsqu'il est élu pape "ramène" le Saint-Siège à Rome après plus de 100 ans (de 1309 à 1417) de Papauté d'Avignon. L'histoire de cette famille est l'histoire de Rome. Pour Lucila, étudiante en histoire de l'art, c'est ainsi que le tourisme doit changer : "La palazzo Colonna, c'est un peu un joyau caché de la ville de Rome. J'espère qu'il y aura toujours plus de touristes qui découvriront ce lieu et qu'un tourisme plus culturel se développera : il ne faut pas juste regarder, mais approfondir l'histoire et l'histoire de l'art ! "

La Galerie Colonna fut commandée au milieu du XVIIe siècle par le Cardinal Girolamo Ier Colonna et par son neveu Lorenzo Onofrio Colonna
La Galerie Colonna fut commandée au milieu du XVIIe siècle par le Cardinal Girolamo Ier Colonna et par son neveu Lorenzo Onofrio Colonna © Radio France / Bruce de Galzain

Les touristes ne sont pas encore revenus alors les romains se réapproprient leur ville et ses splendides palais. Paolo a 60 ans, il a une entreprise qui gère des chambres d'hôte "mais n'ayant plus de touristes en ce moment" dit-il "j'en profite pour faire moi-même le touriste". Il n'était jamais venu au Palazzo Colonna et n'en croit pas ses yeux !

Je me suis réapproprié ma ville... C'est tellement beau de découvrir ces splendides palais que nous avons...

Sur les marches qui descendent vers la Grande Galerie, un boulet de canon tiré en 1849 du Janicule par l’armée française venue secourir le Pape Pie IX des insurgés républicains italiens.
Sur les marches qui descendent vers la Grande Galerie, un boulet de canon tiré en 1849 du Janicule par l’armée française venue secourir le Pape Pie IX des insurgés républicains italiens. © Radio France / Bruce de Galzain
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.