L'association "Femmes pour le dire, femmes pour agir" lance ce lundi sur les réseaux sociaux un hashtag nommé #HandicapInceste, afin de sensibiliser et de favoriser la libération de la parole pour les femmes handicapées victimes de violences ou d'inceste. Une parole encore trop contenue, selon les écoutants.

Selon l’ONU, 4 femmes handicapées sur 5 seraient victimes de violence. Pourtant elles sont peu nombreuses à oser en parler
Selon l’ONU, 4 femmes handicapées sur 5 seraient victimes de violence. Pourtant elles sont peu nombreuses à oser en parler © Getty / jacobia dahm

Selon l’ONU, 4 femmes handicapées sur 5 seraient victimes de violence. Pourtant, elles sont peu nombreuses à oser en parler. Il y a 5 ans, l’association "Femmes pour le Dire, Femmes pour Agir" (FDFA) a mis en place un numéro national d’écoute anonyme pour recueillir leur parole. Un millier d’appels sont reçus chaque année. 

Mais les scandales successifs sur les violences conjugales ou les incestes n'ont pas vraiment libéré la parole chez les femmes handicapées. L’association lance ce lundi une campagne sur les réseaux sociaux pour encourager leurs témoignages. 

Jocelyne Vaysse est écoutante pour le numéro "Écoute Violence Femmes handicapées" depuis maintenant cinq ans. Les témoignages recueillis par la psychiatre concernent des dénigrements, des humiliations, des agressions physiques, psychologiques ou matérielles, à la maison comme au travail. Comme si la violence faisait partie du quotidien des femmes en situation de handicap. Mais l'inceste est rarement un motif d'appel. "Quand les femmes appellent pour des violences à peu près ciblées et qui durent depuis un certain temps, il est possible que la personne évoque : 'oui de toute façon, les violences je sais ce que c'est. Dans ma famille, quand j'étais enfant, etc...' Presque incidemment et indirectement, la personne suggère qu'elle a vécu des relations incestueuses."

Les femmes en situation de handicap seraient plus souvent victimes de violence

Marie Conrozier, chargée de mission lutte contre les violences à l’Association "Femmes pour le dire, Femme pour agir" remarque que les femmes en situation de handicap ont d’ailleurs peu témoigné ces derniers mois alors qu'elles sont concernées par ce type de violences. "On n'a pas de chiffres. On dit que c'est entre 3 et 5 fois plus, notamment les enfants avec un handicap mental ou un handicap psychique lourd. En règle générale, quand il y a des gros scandales qui sortent concernant les femmes et qui ne font pas un focus sur la femme handicapée, ça ne touche pas particulièrement des femmes handicapées. C'est comme lors de la vague #metoo, on n'a pas eu une flambée d'appels. En revanche, si on a un focus handicap, un reportage, quelque chose sur le handicap, là, on a beaucoup plus d'appels". 

L’association a décidé de lancer aujourd’hui le hashtag #HandicapInceste avec l’espoir qu’il encourage la libération de la parole. 

Écoute Violence Femmes handicapées
- numéro d'écoute : 01 40 47 06 06
- ou sur le site