À cause du confinement et du Covid-19, le nombre de personnes qui se déplacent pour effectuer un dépistage du VIH a diminué : -56% entre février et avril, relève Santé publique France. Pour pallier ce problème et contenir cette baisse, l'association Aides propose de faire des tests quasiment à domicile.

Un des camions de dépistage de l'association Aides.
Un des camions de dépistage de l'association Aides. © Aides

L'épidémie de Covid prend toute la place, mais celle du VIH, bien qu'il existe des traitements, est toujours bien réelle. 

Or, à cause du Covid-19 et du confinement, moins de patients vont se faire dépister dans les laboratoires ou dans les centres dédiés au sein des hôpitaux. Santé publique France a même relevé qu'entre février et avril, le nombre de dépistages a baissé de 56% en France. Selon l'Inserm, entre janvier et septembre, on a dénombré moins 650 000 tests par rapport à la normale, et on ne connaît pas encore l'impact du deuxième confinement.

Ce mardi 1er décembre est la journée internationale de lutte contre le Sida, et alors que le dépistage est plus que jamais un des outils pour faire reculer les transmissions, l'association Aides vient en aide aux patients et propose de leur faire passer des tests VIH et hépatite C sans sortir de chez eux ou presque. 

Un camion de dépistage 

Dans le 13e arrondissement de Paris, le camion de l'association Aides vient de se garer dans une petite rue, près de l'immeuble d'Eric. Aides l'a contacté par l'intermédiaire d'un réseau de rencontres. Il se réjouit que le camion vienne à lui : "Le fait de venir comme ça au plus proche, c'est super. Il y a toute une population entre autres, les bisexuels, éloignés de la prévention."

"J'ai quelques partenaires qui sont bisexuels, qui sont mariés, et avec des pratiques qui ne sont pas forcément protégées et qui ne se font pas dépister, et ça c'est dramatique."

Le test se fait de manière classique dans le camion d'Aides, explique Didier, salarié de l'association : "On les accueille en toute confidentialité, bienveillance et non-jugement. On leur propose du dépistage, du matériel d'injection, des préservatifs et du gel, et on leur donne le résultat du test au bout de 15 à 20 minutes", détaille-t-il. 

Si le résultat est positif, la personne n'est pas seule et l'équipe veille à lui transmettre toutes les informations sur la mise en place d'un traitement.