La ligue de football professionnel et les clubs français très préoccupés après les déclarations du patron de MediaPro, le nouveau diffuseur des championnats. Dans un entretien à l'Equipe jeudi, Jaume Roures annonce vouloir renégocier à la baisse, le contrat avec la Ligue en raison de la crise sanitaire.

Jaume Roures, le président de MediaPro
Jaume Roures, le président de MediaPro © AFP / AFP

"On veut renégocier le prix des droits TV de la ligue 1 et de la ligue 2". Cette annonce de Jaume Roures, producteur de cinéma, patron de presse et président de MediaPro dans les colonnes du quotidien l'Equipe, tombe à un moment critique pour le football français. La crise sanitaire a en effet déjà mis à mal les finances de nombreux clubs. "C'est très inquiétant", estime Pierre Rondeau, économiste du sport, professeur à la Sport Management School, "car quand on regarde les différentes ressources des clubs français, il y a donc les droits télé remis en cause, mais aussi les transferts en baisse avec un mercato estival pour la première fois déficitaire depuis dix ans en France, les recettes commerciales totalement impactées par la crise économique actuelle et la billetterie, elle même impactée par les jauges sanitaires et les situations de huis-clos ou de quasi huis-clos dans les stades. _On va au devant d'une faillite généralisée pour le football français_".  

"Potentiellement un risque de cessation de paiement"

Les droits fixés pour la saison 2020-2021 s'élèvent à 780 millions d'euros pour la Ligue 1 et 34 millions d'euros pour la Ligue 2. Tous les budgets prévisionnels des clubs français ont été établis en tenant compte des versements de MediaPro. Le dernier, de 172 millions d'euros prévu le 5 octobre, n'a pas été assuré par le diffuseur. MediaPro refuse de payer tant qu'il n'aura pas discuté avec la Ligue. "On est dans un risque de trésorerie", précise Christophe Lepetit, lui aussi économiste du sport au centre de droits et d'économie du sport de Limoges. "Si jamais MediaPro ne verse pas l'échéance du mois d'octobre, il y aura un manque de trésorerie au niveau de la LFP qui ne va pas pouvoir verser aux clubs le montant prévu. Donc les clubs auront du mal à payer leurs salariés, notamment les joueurs qui représentent la plus grande partie des charges, mais aussi certains prestataires. C'est potentiellement un risque de cessation de paiement". 

Vincent Labrune et Noël Le Graët vont discuter avec MediaPro

Réunis en visioconférence ce jeudi soir, les présidents des clubs de ligue 1 ont refusé de s'exprimer sur le dossier, laissant le nouveau président de la Ligue de football professionnel Vincent Labrune mener les discussions avec le diffuseur sino-espagnol, avec l'appui des pouvoirs publics.. et de Noël Le Graët le président de la Fédération Française de Football. L'urgence absolue est que MediaPro verse ce qui était prévu pour ce mois d'octobre. _"Si non-paiement il devait y avoir, il faudrait voir à quel moment la LFP peut dénoncer ce contrat car il y aurait des engagements non respectés", poursuit Christophe Lepetit, "un nouvel appel d'offres pourrait prendre un peu de temps donc il faudrait trouver des solutions intermédiaires, par exemple, une diffusion assurée par la LFP elle-même. Sachant que cet appel d'offres hypothétique n'aurait pas les résultats escomptés car on aurait en face de la Ligue, des d'acteurs qui se retrouveraient dans une position de force pour faire baisser les prix. Et on aurait, très certainement, des droits télé en forte baisse par rapport au 1,2 milliard d'euros prévu cette saison"_ conclut-il.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.