Depuis plusieurs jours, l’armée intervient pour aider au transport de malades vers des hôpitaux moins surchargés dans le cadre de l'opération Résilience mais ce n’est pas sa seule mission : des militaires sont arrivés en Île-de-France pour prêter main forte aux Pompiers de Paris.

Depuis mercredi, 2 militaires ont arrivés à la 26e compagnie des Pompiers de Paris à Saint-Denis. Ils interviennent à leur côté pour assister des malades du Covid-19
Depuis mercredi, 2 militaires ont arrivés à la 26e compagnie des Pompiers de Paris à Saint-Denis. Ils interviennent à leur côté pour assister des malades du Covid-19 © Radio France / Jérôme Val

Vingt-cinq soldats du régiment sanitaire de l’armée de terre, basé à la Valbonne dans l’Ain, ont intégré des casernes depuis mercredi et France Inter a pu embarquer avec une équipe mixte pompiers / militaires à Saint-Denis, dans l'un des départements les plus touchés par l’épidémie. 

Nouvel appel à la caserne du Fort de la Briche à Saint-Denis : une équipe s’apprête à partir pour une suspicion de Covid-19 sur un homme de 35 ans. Dans le camion de secours, une équipe inédite a pris place : trois pompiers et un militaire en treillis. "On met tout l’équipement avant même d’arriver sur les lieux pour éviter d’être infectés", explique le Caporal Geoffrey, des sapeurs-pompiers de Paris. "Nous disposons d’un équipement complet de la tête aux pieds : charlotte, blouse, gants, lunettes, masques et sur-chaussures pour qu’il n’y ait pas une seule partie du corps qui soit apparente."

"On met tout l’équipement avant même d’arriver sur les lieux pour éviter d’être infectés" explique le Caporal Geoffrey, des sapeurs-pompiers de Paris
"On met tout l’équipement avant même d’arriver sur les lieux pour éviter d’être infectés" explique le Caporal Geoffrey, des sapeurs-pompiers de Paris © Radio France / Jérôme Val

Les quatre hommes interviennent ensemble dans un petit pavillon de Pierrefitte, à côté de Saint-Denis. Un premier diagnostic est réalisé sur le patient et les symptômes sont décrits par téléphone à un médecin qui décide de la suite de la procédure : un envoi à l’hôpital ou un traitement au domicile. Finalement, dans ce cas précis, c’est une fausse alerte. 

C’est la première fois que la brigade des Sapeurs-Pompiers de Paris est épaulée par des militaires

Le caporal-chef Joseph est arrivé mercredi à la caserne de Saint-Denis : il appartient depuis deux ans au régiment sanitaire de l’armée de terre de la Valbonne dans l’Ain et il est heureux de pouvoir épauler les pompiers. "Le cœur de notre métier, c’est du secours au combat et nous partons régulièrement en mission et en opérations extérieures au Mali, au Liban et dans toute la bande sahélo-saharienne en Afrique. C’est une sacrée opportunité de travailler avec les Sapeurs-Pompiers de Paris" 

Le quotidien de ces militaires a beau être les zones de conflit, la soutien aux soldats blessés dans des conditions extrêmes, la guerre contre le Covid-19 a de quoi inquiéter le caporal-chef Guillaume, lui-aussi du régiment sanitaire de l’armée de terre. "Nous sommes face à la maladie en vrai. C’est nous qui amenons les personnes malades à l’hôpital et donc forcément nous sommes en contact avec elles. On n’a pas le droit à l’erreur." 

Les deux militaires sont spécialisés dans le secours au combat
Les deux militaires sont spécialisés dans le secours au combat © Radio France / Jérôme Val

Au total, 25 militaires sont arrivés dans différentes casernes de Paris et sa petite couronne

S’ils se sont déjà côtoyés lors d’entraînements, c’est la première fois que les deux corps interviennent ensemble dans une opération. Et pour Erwan, sergent des Sapeurs-Pompiers de Paris, c’est un renfort bienvenu dans cette période où ses collègues réalisent 400 interventions quotidiennes liés au Covid, soit un tiers de leur activité. "Ça permet de soulager le personnel et de nous renforcer au maximum. D’autant que cette crise qui a démarré il y a quelques semaines, on ne sait pas quand elle va se terminer. Les journées sont toujours intenses mais là un peu plus."

La lutte contre l’épidémie sera longue, tel un marathon, et toutes les forces sont nécessaires, explique le Capitaine Pierre, commandant de la 26e compagnie des Sapeurs-Pompiers de Paris basée à Saint-Denis. "Ces militaires sont aussi qualifiés que nous. Ils ont exactement la même fonction. Ils n’ont pas la même expérience mais en cette période où nous sommes très sollicités, nous sommes heureux de voir arriver des bras supplémentaires et de nous renforcer dans les véhicules de secours à victimes."  

Ces militaires sont là pour au moins deux semaines.  

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.