Il n'existe toujours pas de traitement contre le coronavirus. Quatre essais clinique démarrent ce vendredi dont les résultats sont évidemment très attendus, même s'il faudra quelques semaines avant d'en savoir plus.

Quatre essais cliniques vont être menés sur  des patienst atteints du coronavirus
Quatre essais cliniques vont être menés sur des patienst atteints du coronavirus © AFP / Hans Lucas / Quentin Top

C'est la course dans le monde entier pour tenter de trouver un médicament et donc sauver tous les nouveaux malades. Quatre essais clinique démarrent ce vendredi, des essais franco-européens dont la France est leader. 800 malades français inclus sur un total de 3 200.

Ce sont des malades hospitalisés qui sont inclus dans ces essais. Pas encore en réanimation, mais souffrant de pneumopathies.

  • Le premier essai démarre avec un médicament anti VIH, le Kaletra
  • Dans le deuxième on y ajoute de l'Interferon qui envoie des messages aux cellules et stimule les défenses immunitaires. 
  • Dans le troisième un antiviral le Remdesivir développé initialement contre le virus Ébola. Pour la petite histoire il y a un peu de retard dans le lancement. On attendait la livraison de ce médicament venant des États Unis, via l'Irlande. il vient tout juste d'être dédouané pour arriver en France. 
  • Dans le quatrième, les malades recevront un placebo, comme dans tous les essais. Attention ça ne veut pas dire qu'ils ne sont pas soignés, ils bénéficient; comme les autres d'ailleurs, d'oxygène, de médicaments standards donnés dans ces pathologies pulmonaires.

Un essai avec la chloroquine, médicament contre le paludisme, a été rajouté. On en parle beaucoup mais il faut davantage de malades. Il débutera la semaine prochaine, ainsi qu'un autre qui porte sur du plasma de personnes guéries qui ont développé des anticorps, réinjecté à des malades.

On ne sait pas aujourd'hui, et c'est bien toute l'inquiétude autour de cette maladie, quel est le patient qui va évoluer vers une forme grave. Les médecins voient en quelques heures un état se dégrader chez des personnes qui ne présentaient pas de facteur de risque.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.