Alors que la décision de Donald Trump de fermer l'accès des États-Unis à partir de ce vendredi à tout voyageur venant d'Europe est vivement critiquée, de nombreux Américains déplorent le manque d'organisation de leur pays. Un manque d'organisation dû, selon eux, à un système de santé défaillant.

Les infirmières de New York ont alerté les services de l'Etat sur la charge de travail créée par le coronavirus
Les infirmières de New York ont alerté les services de l'Etat sur la charge de travail créée par le coronavirus © Radio France / Isabelle Raymond

Comme le titre la chaîne d'information en continu américaine CNN ce jeudi :

"Le système de santé américain complique encore plus les choses pour stopper le coronavirus."

Les États-Unis ont en effet très peu de protection sociale, un système basé sur des assurances privées. Malgré Obamacare, il n’y a pas de système universel : 9% des Américains n'ont pas d'assurance maladie.

Anthony, 30 ans, qui travaille dans le secteur de la maintenance, a deux enfants. Il sort d’un centre de santé du quartier de Brooklyn à New York. "Heureusement que je suis en bonne santé ! J’ai souscrit à une assurance santé très chère pour toute la famille".

"Est-ce que mon assurance santé prendrait en charge mes frais de santé si j’attrapais le coronavirus ? Je ne sais pas. On ne m’a rien dit. J’ai entendu à la télé qu’il y aurait des aménagements mais je ne sais pas lesquels." ajoute-t-il

Les infirmières de New York alertent sur le manque de moyens des hôpitaux

Lors d’une conférence de presse jeudi, les infirmières de New York ont dénoncé le manque de tests, de moyens, de personnels. 

Sachi est infirmière à l’hôpital Mount Sinaï à Manhattan. La jeune femme craint désormais pour sa santé : "Toutes les infirmières ont peur d’attraper le virus. Moi je travaille en soirée et ils ne nous ont pas distribué de masque de protection. J’ai une collègue qui vient d’avoir un bébé. Elle a peur de lui transmettre le virus. Peut-être que demain quand j’irais au travail, tout aura changé. Mais pour l’instant oui, j’ai peur."

Le Nysna, le syndicat auquel elle adhère, tente de la rassurer. L’hôpital lui versera son salaire en cas de mise en quarantaine

"Si je tombe malade, je ne sais pas. On n’a pas encore abordé ce point !"

Car aux États-Unis, plus de 33 millions de salariés ne perçoivent pas de compensation salariale s'ils tombent malade.

Tom Hanks testé positif : "Heureusement qu'il était à l'étranger !"

Sur Twitter, l'acteur Tom Hanks, 62 ans, a annoncé qu'il avait été testé positif avec son épouse la comédienne Rita Wilson, lors d'un voyage en Australie. 

La célébrité de l'acteur a forcément entraîné de nombreuses réactions sur les réseaux sociaux. La plupart des réactions pointaient le fait qu'il avait été pris en charge et testé parce qu'il était en Australie, et non aux États-Unis. Même le New York Times a cette analyse : 

"Tom Hanks a eu un rhume, du moins pensait-il. Aux États-Unis, ces symptômes peuvent ne pas être suffisants pour se faire tester pour le coronavirus. Mais en Australie, les tests sont gratuits et largement disponibles, grâce à une planification précoce et coordonnée en cas de pandémie" tweete le NYT.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.