Depuis le début de la crise du coronavirus, les professionnels du tourisme et compagnies aériennes doivent faire face à des annulations de voyages. Du point de vue juridique, on appelle ça des circonstances exceptionnelles. Mais qu'en est il exactement si on veut ou si on doit annuler un voyage ?

Le coronavirus n’en finit pas de provoquer des annulations de voyages.
Le coronavirus n’en finit pas de provoquer des annulations de voyages. © Radio France / Philippe Lefebvre

«Il est préférable de différer les déplacements à l’étranger, dans toute la mesure du possible», avance le Quai d’Orsay.  Dans sa conférence de presse du dimanche 1er mars, le directeur général de la Santé,  Jérôme Salomon, indiquait : «les voyages non-indispensables sont à reporter, surtout pour les pays hors de l’Union européenne». Résultat, dans les agences de voyages et chez les tour operator, le moral est en berne car le coronavirus n’en finit pas de provoquer des annulations de voyages.  

"Plus grave, explique Jérémy Grasset de Shanti Travel, alors que cette période est généralement celle des réservations pour les prochaines vacances d’été, les futurs clients ne se bousculent pas" : un coup dur pour cette entreprise qui propose 24 destinations en Asie. Mais elle n’est pas la seule concernée. Si l’on en croit les analystes du site Forward Keys, par rapport à la même période de l’année dernière le nombre de billets achetés depuis le début de l’année est en baisse de 68,5%.

Toutefois, pour annuler billet d’avion ou voyage à forfait comprenant le transport, l’hôtel et les activités, il y a un certain nombre de règles à connaitre.

Pour les billets d’avions

En cas d’annulation d’un vol par une compagnie aérienne à cause du coronavirus, les billets sont intégralement remboursés, ou on propose aux passagers de changer la date de leur voyage sans frais supplémentaires. Toutefois attention à certaines compagnies, qui ont une tendance à "jouer la montre" pour vous rembourser le plus tard possible en espérant que vous vous lasserez et ne réclamerez pas votre remboursement.

Pour les voyages à forfait

Là aussi en cas d’annulation du séjour que ce soit à l’initiative du tour operator ou du client vous pourrez obtenir le remboursement ou une modification de dates de départ ou du lieu de destination sans frais.

Et dans les deux cas vous devrez prendre contact avec la compagnie aérienne, l’agence de voyage ou le site de vente en ligne qui vous a vendu billets et voyages. Les uns et les autres disposent de 14 jours maximum pour procéder au remboursement.

Pour les hôtels et les locations

Là encore la politique des grands sites de réservation en ligne est plutôt le l’annulation et le remboursement sans frais. Toutefois attention sur certains sites de réservations de chambres d’hôtels, le remboursement intégral n’est pas systématique. La limite du remboursement, notamment en matière de délais, est généralement bien indiquée au moment de la réservation.

C’est vous qui ne voulez plus partir

Enfin si vous décidez vous-même de ne pas partir, il y a alors deux cas de figure : s’il y a des cas de coronavirus dans votre pays de destination le remboursement sera intégral. En revanche s’il n’y a pas de cas vous ne pourrez prétendre à aucun remboursement et vous risquez même de devoir payer des frais d’annulation.

"Si le passager a acheté directement son billet auprès de la compagnie aérienne et qu'il décide de renoncer à son voyage, en principe, il n'a le droit à rien. Aucun remboursement, aucune couverture n'est prévu dans ce cas-là", explique ce mardi sur franceinfo Baptiste Lo-Presti, responsable juridique chez Air Indemnité. "C'est un petit peu différent si le passager achète un voyage à forfait auprès d'une agence de voyages, donc un vol et une prestation complémentaire de type hébergement. S'il renonce à son vol dans ce cas-là, il pourrait y avoir une couverture. Encore faut-il qu'il fasse état de circonstances exceptionnelles", précise-t-il. Ça va donc dépendre de la zone géographique, de l'avancée de l'épidémie.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.