Syndicats et gouvernement se demandent si Sanofi, en retard sur les autres laboratoires dans la course au vaccin contre la Covid-19, ne devrait pas ouvrir sa chaîne de production à ces derniers à défaut d'avoir trouvé sa solution propre face au virus.

"On a les moyens d'aider" les autres laboratoires, poussent unanimement les syndicats de Sanofi.
"On a les moyens d'aider" les autres laboratoires, poussent unanimement les syndicats de Sanofi. © AFP / Hans Lucas / Magali Cohen

Au mieux, le vaccin auquel travaille Sanofi ne sera pas prêt avant la fin de l'année. Alors, la question commence à se poser en haut-lieu. Loin des micros, une voix au gouvernement trouverait "plutôt bien" de mettre à profit autrement le savoir-faire des équipes du laboratoire français Sanofi. Ouvrir la chaîne de production aux concurrents : Pfizer, AstraZeneca ou bien Moderna ? Pourquoi pas. 

"On a les moyens d'aider", poussent d'ailleurs unanimement les syndicats, lesquels appellent à mettre de côté les questions d'égo : "Qu'on arrête de jouer chacun dans son coin", s'insurge Thierry Bodin de la CGT. Bien sûr, il ne s'agirait pas d'intervenir sur la substance du vaccin en elle-même. Mais venir en soutien, en qualité de sous-traitant, "c'est possible", assure un salarié. 

"Préparer, conditionner, expédier, on sait faire"

"Si, par exemple, dans sa préparation, le vaccin a besoin d'être dilué avant passage dans la seringue, on sait faire. Le conditionnement et l'expédition aussi", explique William Briant, à la CFDT. Quant aux fameux congélateurs à moins 80 degrés permettant notamment un stockage des doses, "on les a"

"Ça ne veut pas dire qu'on pourra tout faire. Que demain, tout se fera en un claquement de doigts", tempère son collègue de la CGT, qui pointe des feux verts nécessaires des autorités de santé. Et les obtenir pourrait prendre des semaines, voire des mois. 

Pas d'actualité pour la direction

Côté direction, le sujet n'est pas d'actualité et ce pour des questions logistiques – "chaque technologie de production d'un vaccin nécessite des équipements très spécifiques" – mais surtout parce que l'objectif affiché officiellement reste de continuer à développer un vaccin propre

Celui de Sanofi se révèle, aux derniers tests, moins efficients sur les personnes de plus de 50 ans. Un vrai problème pour les syndicats sachant que ce sont précisément ces personnes que l'on va chercher à vacciner en premier.