Une "reprise incontrôlée" de l'épidémie de Covid-19 en janvier est "probable", à cause du "surcroît de contaminations" provoqué par les fêtes de fin d'année, avertit dans son dernier avis le Conseil scientifique. Il a remis sa copie au gouvernement le 23 décembre mais l'avis n'a été rendu public que mardi soir.

C'est la deuxième option proposée par le Conseil scientifique qui a été choisie : l'avancement à 18h du couvre-feu dans certaines villes et métropoles de l'est du pays
C'est la deuxième option proposée par le Conseil scientifique qui a été choisie : l'avancement à 18h du couvre-feu dans certaines villes et métropoles de l'est du pays © Maxppp / Alexandre Marchi

La note d'alerte du Conseil scientifique remise le 23 décembre au gouvernement, et qui vient d'être rendue publique, anticipe une reprise épidémique en janvier et propose plusieurs scénarios. Mardi soir, le Ministre de la santé a annoncé celui qui avait été choisi.

L'évolution des principaux indicateurs est préoccupante, écrit le Conseil scientifique, avec de fortes augmentations de taux d'incidence en PACA, +35%, Grand Est, Auvergne Rhône-Alpes. La circulation du virus ne faiblit pas et le conseil alerte : il y a un risque "non nul" d'une "reprise incontrôlée" de l'épidémie en janvier.

Trois options

Le Conseil scientifique conseille donc trois options : un renforcement préventif et strict dès la deuxième semaine des congés, nous y sommes, mais seulement dans les régions ou les villes les plus touchées. Ce n'est donc pas cette option de la note, remise le 23 décembre, qui a été retenue, mais la deuxième. 

Il s'agit d'une réponse adaptée au surcroit des contaminations de fin d'année, en réagissant début janvier et en ralentissant la circulation du virus. Ainsi, Olivier Veran a annoncé mardi soir qu'un couvre-feu anticipé à 18h pourrait entrer en vigueur, dès le 2 janvier, dans les départements des régions les plus touchées.

La troisième option envisageait d'attendre plus tard, en fonction des hospitalisations à la fin du mois.

La note du Conseil scientifique porte également sur le nouveau variant du virus

Il y a certes une augmentation du risque de transmission, note le conseil, mais il n'est à ce jour pas plus dangereux, sans risque de réinfection pour les personnes ayant déjà été malades, et le vaccin demeure efficace.

Les tests PCR et la plupart des antigéniques pouvant détecter ce nouveau variant, la recommandation est de contrôler les voyageurs venant du Royaume-Uni.