Confinement, couvre-feu, rassemblements festifs interdits, en 2020 les Français se sont beaucoup moins mariés que les années précédentes. Et les futurs époux hésitent à reprogrammer leur union dans les mois qui viennent.

La crise di Covid-19 a retardé un très grand nombre de mariages
La crise di Covid-19 a retardé un très grand nombre de mariages © Getty

Tout était prêt, les 70 invitations envoyées. Après quinze ans de vie commune, Lionel et Julie s'apprêtaient à vivre le plus beau jour de leur vie le 25 avril 2020. Le 16 mars, les amis de Lionel, viennent le chercher pour enterrer sa vie de garçon. Le soir même, Emmanuel Macron annonce la mise en place du confinement. 

"Ca a été un coup de tonnerre", raconte Lionel. "Il a fallu prévenir les invités et reporter le mariage au 10 octobre. Sauf que la jauge maximale a été fixée à 30 personnes. Donc nous avons finalement reprogrammé le mariage en avril 2022."

Lionel espère que d'ici là, la crise sera derrière nous. Prudent, le couple a préféré temporiser jusqu'en 2022 plutôt que de risquer un troisième report. Et c'est bien ce qui inquiète les professionnels de l'événementiel, à l'image de Stéphane Seban, fondateur du Salon du Mariage : 

Les premiers mariages de mars, avril et mai 2021 commencent déjà à s'annuler. Sachant que la saison s'échelonne entre avril et septembre, nous redoutons une deuxième année blanche qui serait difficile à encaisser.

Les chiffres officiels de l'INSEE seront publiés le 19 janvier, mais selon Stéphane Seban, seulement 40.000 mariages ont été célébrés en 2020 contre 227.000 l'année précédente. Car un mariage ne s'organise pas en quelques jours et le manque de visibilité freine les ardeurs des futurs mariés, ce qui pourrait provoquer des embouteillages quand la situation sanitaire s'améliorera. 

Initialement prévue pour fin janvier, l'édition parisienne du Salon du Mariage est d'ores et déjà reportée à septembre prochain. Si la situation sanitaire le permet.