INFO FRANCE INTER - La décision sera prise ce jeudi matin. Les chiffres, en constante augmentation, obligent les autorités sanitaires à franchir une marche qui signifie report des congés des personnels, déprogrammation des interventions chirurgicales et, si besoin, appel à la réserve sanitaire.

Le plan blanc va être réactivé ce jeudi matin dans les hôpitaux d'Île de France
Le plan blanc va être réactivé ce jeudi matin dans les hôpitaux d'Île de France © AFP / Hans Lucas / Romain Longieras

Avec 41% des lits de réanimation occupés en Île-de-France - c'est une moyenne, car la Seine-Saint-Denis est encore au-dessus - la tension est trop forte dans les hôpitaux. Il faut donc anticiper. Jeudi matin, le directeur de l'Agence Régionale de Santé s'entretient avec les responsables d'établissements, avant d'annoncer ce plan qui signifie une mobilisation supérieure des personnels.

Ainsi, tout mutation ou mobilité est figée. Pour les vacances - et celles de la Toussaint arrivent vite - on va passer du volontariat où l'on demande aux soignants s'ils peuvent reporter leurs congés, à une obligation de le faire pour un grand nombre d'entre eux, même si, dans les services, on appréhende en raison de la fatigue accumulée.

Déprogrammations d'interventions chirurgicales

Le plan blanc signifie aussi des déprogrammations d'interventions chirurgicales qui vont s'imposer, non seulement aux structures publiques, mais aussi aux privées et, en fonction des besoins, un appel à la réserve sanitaire.

"Au vu de la pression sur les lits de réanimation et d’hospitalisation conventionnelle, j’ai demandé aux directeurs des établissements de santé de la région de déclencher leur plan blanc pour mobiliser toutes leurs ressources et anticiper les jours à venir", a déclaré sur Twitter Aurélien Rousseau, directeur de l'Agence régionale de Santé d'Île-de-France. "Le système de santé a une mission : prendre en charge tous les malades. Mais on ne peut pas se contenter de dire cela, car une exigence s’impose aussi à chacun de nous, respecter les gestes qui limiteront l’impact de l’épidémie sur l’hôpital et protégeront les soignants."

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Les chiffres des hôpitaux parisiens l'imposent : il reste très peu de places en réanimation à la Pitié-Salpétrière, à Saint-Antoine, huit lits sur 18 sont occupés par des malades Covid, mais la réanimation est pleine, car des non-Covid y sont aussi soignés. Il faut donc anticiper et c'est le sens du plan blanc : faire en sorte que dans cette région, passée en alerte maximale, les hôpitaux soient en complet état de marche.

Par ailleurs, selon les informations de France Inter, les métropoles de Lyon, Lille, Grenoble et Saint-Étienne devraient passer en zone "alerte maximale" dès jeudi soir. Le ministre de la Santé Olivier Véran doit l'annoncer lors de son point hebdomadaire.